Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 17:00

OUT OF PAST (2)« LA GRIFFE DU PASSÉ » est à juste titre un des films les plus emblématiques du ‘film noir’, un genre qu'il synthétise et représente à lui tout seul. Tout est là : laOUT OF PAST narration en flash-back, les impers sous la pluie, les ‘privés’ ripoux, les femmes fatales et surtout… Surtout, l’amour fou.

Car il s’agit bien là de l’autopsie d’une love story tordue, malsaine et destructrice. Et ce, dès le début. Quand Robert Mitchum est chargé par le gangster Kirk Douglas de retrouver sa girl friend enfuie avec 40.000 $ après lui avoir tiré dessus, celui-ci la débusque au Mexique. C'est le coup de foudre au premier regard et quand Jane Greer lui jure qu'elle n’a pas volé l’argent, il répond cette phrase devenue mythique : « Baby, I don’t care ».

Car le pauvre bougre ira loin, très loin pour cette belle sociopathe manipulatrice qui tue comme on respire : il trahit son employeur, enterre son ex-associé dans les bois, change d’identité. Et quand son passé le rattrape, trois ans plus tard, et bien qu'il soit maintenant amoureux d’une pure jeune vierge ‘All American’, Mitchum replonge. Tête la première. Même s’il pense cette fois qu’un homme averti en vaut deux. Pas toujours…

OUT OF PAST (1)

La force de ce film magnifiquement réalisé et photographié de Jacques Tourneur, tient dans la relation entre ces deux individus maudits, un amour sado-maso sans issue, que notre « héros » semble vivre en état de semi-somnambulisme. L’œil éteint de Mitchum est parfaitement utilisé dans ce rôle passif au cynisme de façade. Jane Greer est extraordinaire de duplicité et parvient à rendre son visage expressif presque hideux dans certaines séquences. Elle apparaîtra dans le faux remake de Taylor Hackford. Douglas n’a qu’un rôle plus effacé, mais qu'il tient intelligemment avec ironie, sans jamais jouer les méchants tout d’un bloc. Il aurait même parfois un certain charme. Tous les personnages secondaires, comme l’employé sourd-muet de Mitchum, sont très bien dessinés.

Quant à la conclusion, le dénouement de ces trahisons, de ces coups-fourrés, de ces voltefaces, elle est aussi logique qu’implacable : noir c'est noir. Et même encore plus que noir !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE KIRK DOUGLAS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens