Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 07:39

GARCELa vénérable signature de King Vidor et la présence de la star-maison de la Warner laissent espérer un mélodrame flamboyant désuet et réjouissant comme on les aime parfois. Hélas, GARCE (3)« LA GARCE » (bravo une fois encore, à la subtilité du titre français !) ne tient aucune de ses promesses. Adaptation ‘white trash’ de « MADAME BOVARY » dans une petite cité ouvrière proche de Chicago, le film suit les méfaits d’une femme malGARCE (1) mariée à un modeste médecin provincial et prête à tout – même au meurtre – pour échapper à sa médiocrité et épouser un milliardaire qu'elle obsède sexuellement.

Déjà, à la base, Bette Davis a dix ans de trop pour ce personnage et n’en a absolument pas le physique. Là où on aurait imaginé une Jennifer Jones, la grande comédienne s’affuble d’une horrible perruque noir-corbeau qu'elle ne cesse de tripoter à la moindre occasion, et se vautre dans un des pires cabotinages de toute sa carrière. Un critique de l’époque avait très justement écrit qu'elle offrait là « le plus cruel pastiche de Bette Davis qu’onGARCE (2) puisse faire ». Écarquillant les yeux, lâchant des rires rauques, maltraitant sa femme de ménage ou son pauvre mari, la Bette bouffe l’écran sans pudeur ni discernement et réduit le film à une bande-démo de tous ses maniérismes et tics bien connus.

Autour d'elle, de pâles partenaires comme Joseph Cotten (qu'elle retrouvera des années plus tard en Italie pour « L’ARGENT DE LA VIEILLE ») dans son emploi habituel de cocu ou David Brian qui ne risquent pas de représenter la moindre concurrence.

On peut apprécier « LA GARCE » au second degré, pour des plans comme celui où la star suffoque de chaleur avec à l’arrière-plan les flammes de la scierie (et de l’enfer ?) qui lui pompent l’oxygène ou pour sa marche finale vers la gare salvatrice, alors qu'elle agonise de très peu sobre manière. Mais malgré une construction en flash-back très artificielle censée soutenir l’intérêt, le film n’est aujourd'hui visible qu’en tant que curiosité kitsch et involontairement drôle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE BETTE DAVIS
commenter cet article

commentaires

Lyne 15/03/2012 06:29

C'est vrai que c'est un film qu'on oublie vite. J'adore Bette Davis mais ce film ne fait pas partie de ses meilleurs. (A croire qu'il a été écrit juste pour "correspondre" au tempéramment de
l'actrice ?!)

Fred Jay Walk 15/03/2012 08:34



Il suffit d'imaginer comme je l'écris Jennifer Jones ou Ava Gardner à sa place, et le film prend tout son sens. Elle était juste mal distribuée, je pense...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens