Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 17:28

CORDE PRETEÀ mi-chemin entre « LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS » sorti quatre ans plus tôt et « RIO BRAVO » qui sera tourné deux ans plus tard, « LA CORDE EST PRÊTE » retrouve certaines situations du premier (le shérif seul contre tous, l’attente) et annonce plusieursCORDE PRETE (3) éléments du second (le prisonnier enfermé, le vieil adjoint bavard, le sherif’s office transformé en camp retranché).

Évidemment, le film n’est pas tout à fait du même tonneau. C'est une série B confinée à quelques décors, privilégiant la CORDE PRETE (1)psychologie à l’action. Le problème est que ce choix nécessite de bons comédiens, ce que ne sont certainement pas le transparent et peu sympathique John Agar et la navrante Mamie Van Doren. On a beaucoup de mal à ressentir la moindre empathie pour eux, d’autant que le méchant, Richard Boone est infiniment plus intéressant : tueur à gages raffiné et cultivé, à l’humour corrosif, il compose un personnage qui n’est pas sans annoncer – le sens moral en moins – le ‘Paladin’ de la série TV « HAVE GUN – WILL TRAVEL » qui fera sa gloire un an plus tard. Possible que les producteurs de la série se soient directement inspirés de « LA CORDE EST PRÊTE ». Nonchalant et dangereux, Boone élève nettement le niveau du film dans les scènes où il apparaît. Coleen Gray est elle aussi très bien en « pauvre fille » amoureuse de lui et prête à tout pour le sauver. À noter au tout début du film, l’apparition très fugitive d’un jeune cowboy décontracté à la voix douce, qui échange trois répliques avec Agar sur les chances de Boone d’éviter la potence : un nommé Clint Eastwood.

CORDE PRETE (2)

Des idées bizarres comme ce troubadour qui joue les chœurs antiques pendant toute la durée du film, trois bagarres à poings nus très brutales, dont une particulièrement sauvage entre deux femmes, peuvent inciter à l’indulgence pour ce western sans grande substance, à condition d’oublier la BO très pénible et hors-sujet.

Indispensable donc, pour le fan de ‘Dick’ Boone très à son avantage et le complétiste eastwoodien qui n’a pas intérêt à éternuer au moment où son idole traverse l’écran.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE CLINT EASTWOOD
commenter cet article

commentaires

Zach 23/07/2012 23:38

"Have gun, will travel", excusez la faute de frappe.
Excellente nouvelle ! Je viens de revoir d'affilée "le seigneur de la guerre", "la nuit du lendemain", "la lettre du Kremlin" et "le grand sommeil" et je ne me lasse pas de la trogne de Richard
Boone. Même si ses personnages sont les monstres les plus épouvantables qui soient (surtout ?) et malheureusement même si les rôles sont brefs, il possède une présence impressionnante à
l'écran.

Il a fait un western en vedette avec Leslie Caron, j'espère qu'il refera surface un jour.

Zach 23/07/2012 19:27

A quand une petite rétrospective sur la carrière de Richard Boone, et de nouveaux articles sur "Have gun, wil travell" ? On en redemande !

Fred Jay Walk 23/07/2012 20:13



Richard Boone dans les "acteurs-culte", bonne idée. Les "HAVE GUN...", je vais m'y remettre.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens