Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 13:38

Troisième et ultime sequel du film de John Sturges, « LA CHEVAUCHÉE DES 7 MERCENAIRES » est certainement la meilleure, car la plus décomplexée par rapport à son modèle.

Chris est devenu shérif d’une petite ville, et le scénario le présente à la manière du Pat Garrett de Peckinpah : il a décidé de se ranger, s’est marié, et a arrêté ses propres amis (« Les temps changent », dit-il, « Ils n’ont pas su le voir »). Dur et intransigeant, il accepte pour faire plaisir à sa femme, de libérer un jeune voyou, qui kidnappe aussitôt celle-ci, la viole et la tue. On reconnaît le discours sécuritaire des années 70, surtout dans la façon très peu légale, dont Chris se venge ensuite.

Le film met longtemps à vraiment démarrer, et quand on se retrouve enfin au Mexique, dans la situation habituelle des premiers films, le village à défendre est peuplé de jeunes (et belles) veuves, prêtes à tout pour complaire à leurs sauveurs obligés de se convertir à la polygamie. Le ton est alors à la série B ludique et pince-sans-rire, et Chris lui-même trouve chaussure à son pied, quelques jours à peine après l’assassinat de sa femme.

Beaucoup de thèmes du western sont esquissés dans « LA CHEVAUCHÉE DES 7 MERCENAIRES » : un reporter suit Chris pour écrire sa biographie, en citant approximativement John Ford et sa phrase sur la réalité et la légende, le héros est présenté comme un opportuniste sans cœur, qui s’adapte aux temps modernes, et les « gunfighters » se posent des questions sur leur postérité (« Si personne ne survit pour raconter ce qui s’est passé ici, quelle sera notre gloire ? »).

La vraie bonne idée du film, est d’avoir offert le rôle de Chris à Lee Van Cleef, qui a rarement semblé aussi à l’aise à l’écran. Muni de sa pipe inamovible, d’une peu seyante moumoute, il compose avec autorité un personnage à la limite de l’antipathie, capable de tuer sans ciller. Autour de lui, les seconds rôles ont une certaine épaisseur : Luke Askew est excellent, Ed Lauter, James B. Sikking ou Ralph Waite existent vraiment. Mariette Hartley (à qui Van Cleef faisait subir les derniers outrages dans « BARQUERO ») joue la jeune mariée naïve et trop généreuse, et un tout jeune Gary Busey apparaît en voyou imbécile, abattu de sang-froid par Chris.


C'est rapide, bien filmé, simple et efficace, et la musique d’Elmer Bernstein fait toujours son petit effet. Nous sommes évidemment loin des grands westerns classiques, mais en tant que film de série sans autre ambition que distraire, ce dernier voyage de Chris au Mexique, est une bonne surprise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FRANCHISES
commenter cet article

commentaires

Corey 10/07/2010 15:06


Je sais… mais là non ! Je savais plus ou moins a quoi m'attendre, puisque j'avais vu les deux précédentes séquelles… Mais je pense que le gouffre est immense, même avec le troisième film.
D'entrée de jeu, l'aspect téléfilm m'a choqué, et j'ai donc eu du mal a rentrer dedans, parce que je ne voyais que ça. Mais même en essayant d'occulter cet aspect, je me suis ennuyé ferme devant un
scénario franchement mal exploité. Aucune émotion, même devant ce qui aurait du être le pivot du film, le meurtre de la femme de Chris. Et Van Cleef est vraiment en roue libre, il a l'air de
s'ennuyer autant que moi… J'ai envie de comparer cette troisième suite au cinquième Justicier de Bronson… Le film de trop !


Fred Jay Walk 10/07/2010 17:36



OK ! On n'est définitivement pas d'accord !


Au moins, le visiteur qui cherchera à savoir ce que vaut le film aura un "pour" et un "contre".



Corey 09/07/2010 23:47


Franchement, je suis très étonné de ton commentaire, dès les 5 premières minutes du film et cet espèce de pré-générique, j'ai eu l'impression de voir un téléfilm. Et la suite me l'a confirmé.
L'ambiance, les costumes (les bagnards, au secours), tout fait "toc" et bas de gamme… J'aimerai bien avoir un autre avis, moi aussi !


Fred Jay Walk 10/07/2010 07:48



Ami Corey, il y a plusieurs façons d'apprécier un film. On peut même prendre plaisir à un mauvais film. Que cette "CHEVAUCHEE" ne
soit pas un grand film, je te l'accorde volontiers, mais en sachant ce qu'on regarde, on peut y trouver du plaisir.


Enfin... Pas tout le monde, visiblement !



Corey 08/07/2010 22:56


Je viens de le voir et donc clôturer mon coffret. Je trouve que ce film n'a absolument rien à voir avec les trois précédents… parce qu'on ne dirait pas un film ! La réalisation poussive
et minimaliste, la photo, le ton, tout fait penser à un téléfilm dont tout le budget serait passé dans le gunfight final, qui est pourtant loin d'être captivant. Lee Van Cleef nous honore de sa
présence, mais il me semble très peu concerné par ce qu'il fait et son personnage n'a pas plus d'épaisseur que les autres… Une fois n'est pas coutume, je ne te suis pas du tout sur ton analyse
! C'est plat, lent, même le thème est très mal utilisé, avec quelques variations mal foutues. Non vraiment, on touche le fond, il était temps que ça s'arrête…


Fred Jay Walk 09/07/2010 07:05



Ah oui ! On n'est pas d'accord du tout, là !


Quelqu'un d'autre parmi les visiteurs a-t-il aimé ou détesté cette "CHEVAUCHEE" ?



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens