Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 06:30

ARGENT (1)Qu'est-ce qui différencie un long-métrage de cinéma d’un téléfilm lambda ? Pas forcément le sujet, ni même le casting. Au vu de « L’ARGENT DES AUTRES », cela saute aux yeux : c'est le parti-pris. En stylisant la mise en scène et la bande-son, en sélectionnant d’immenses décors inhumains, hors du temps, Christian de Chalonge plonge instantanément le spectateur dans un univers cauchemardesque, kafkaïen, obligeant à nousARGENT identifier à Jean-Louis Trintignant, employé de banque médiocre et timoré, se retrouvant subitement bouc-émissaire d’une énorme escroquerie.

Revoir aujourd'hui, encore plongés dans la crise de 2008, ce film datant de plus de 40 ans, est assez édifiant. Les mécanismes étaient déjà les mêmes, les banquiers rongeaient l’édifice de l’intérieur et l’issue n’était pas compliquée à anticiper. Extrêmement froid et maîtrisé, ne laissant place à aucune fantaisie, aucune digression, « L’ARGENT DES AUTRES » n’est pas un film facile à aimer, mais il fascine indéniablement, d’autant que sa construction scénaristique est assez savante et les flash-backs – par exemple – très intelligemment amenés. On en ressort suffoqué, paranoïaque et quelque peu découragé.

Trintignant est formidable de transparence. Son ambiguïté naturelle ajoute une seconde couche à ce personnage qui n’est pas que victime, mais aussi un peu coupable par soumission et négligence. Autour de lui, un bon cast : Michel Serrault en banquier paternaliste et abject, l’excellent François Perrot en faux-ami redoutable, Catherine Deneuve dans un rôle trop superficiel d’épouse dévouée et Claude Brasseur amusant en crapule professionnelle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dino Barran 24/03/2013 11:58

Merci, cher Fred, d'évoquer cet excellent film.
Comme tu le dis, le sujet est édifiant, d'autant plus qu'il est tiré d'un scandale réel : l'affaire de la Garantie Foncière. Il n'a pas vieilli, notamment dans sa description des moeurs de nos
banquiers, dont les plus caricaturaux oscillent aujourd'hui encore entre cupidité et incompétence.
La mise en scène est remarquable, avec des moments où le fantastique fait irruption dans le récit (la panne de courant), avec des morceaux de bravoure (le numéro d'Umberto Orsini qui se moque de
ses collègues français), avec une tension dramatique qui ne décroît pas, avec malgré tout une unité de ton maîtrisée.
Trintignant était au sommet de sa carrière. Serrault faisait ses premiers pas convaincants vers des rôles dramatiques (après les films d'Etienne Périer et avant PILE OU FACE et GARDE À VUE).
Dommage que de Chalonge n'ait plus fait grand-chose d'intéressant par la suite...

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens