Dimanche 19 août 2012 7 19 /08 /Août /2012 08:08

Le scénario de « L’AGENCE TOUS RISQUES » est une sorte de prequel à la célèbre série de Stephen J. Cannell des années 80, décrivant la rencontre des quatre héros et l’origine de leur équipe de mercenaires.

On pense plutôt à une version tous-publics de « EXPENDABLES », allégée en muscles ATEAMhypertrophiés et en violence ‘gore’, et Liam Neeson semble s’inspirer davantage du Lee Marvin de « 12 SALOPARDS » que du George Peppard de la série TV, pour camper ce chien de guerre fumeur de havanes. L’humour et le second degré n’étant tout de même pas le fort de l’excellent Irlandais, la tonalité du film s’en trouve légèrement déséquilibrée. Entre le gros comique de ses acolytes et une volonté de « sérieux », le film oscille trop souvent et peine à trouver son identité.

Joe Carnahan est un bon réalisateur, mais il se laisse visiblement dépasser par la logistique de ce ‘blockbuster’ : trop de F/X numériques qui tuent dans l’œuf toute notion de danger ou de suspense, un télescopage de séquences d’action qui finissent par s’annuler, trop de personnages mal définis et surtout une durée inutilement excessive. Sur-monté (les séquences d’action sont trop souvent illisibles), sur-mixé, « L’AGENCE TOUS RISQUES » finit par lasser, alors même qu’on apprécie son humour et son ambiance générale.

Alors on appréciera le clin d’œil à Mr. T (le tatouage sur les phalanges de son successeur est un hommage direct à « ROCKY III : L’ŒIL DU TIGRE »), le ‘caméo’ final de Jon Hamm toujours aussi classieux et quelques références sympathiques (le méchant mexicain se nomme ‘Tuco’), mais tout cela est un peu noyé dans le bruit et la fureur, et quand arrive la fin, on a déjà pratiquement tout oublié de ce qu’on vient de voir – et d’entendre.

Quand le public arrivera-t-il à saturation de ces F/X de plus en plus élaborés, mais qui rendent les films impalpables, déconnectés de toute réalité au profit d’une abstraction absolue ? Ici, des bombes et des missiles explosent à quelques mètres des comédiens, sans les brûler ou même les faire sursauter.

Par Fred Jay Walk - Publié dans : DRAMES, COMEDIES, FILMS DE GUERRE...
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Catégories

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés