Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 06:23

Quand Tom Cruise ôte sa chemise, les femmes sont tellement troublées qu'elles le supplient de se rhabiller. Quand Tom Cruise affronte cinq adversaires, il les envoie tous à l’hôpital. Quand Tom Cruise enquête, il se souvient du moindre détail avec une mémoire photographique. Quand Tom Cruise conduit une voiture… etc. etc.

« JACK REACHER » démarre pourtant bien et laisse espérer un thriller-du-complot à la Sydney Pollack ou Alan Pakula des seventies. Mais la présence de la star le ramène vite à ce qu'il est au bout du compte : un one-man-show du p’tit Tom dont la dernière partieJACK R sombre dans la BD infantile, avec le bon vieux Robert Duvall en ‘sidekick’ à la capitaine Haddock.

Dommage, parce que le point de départ pas spécialement original (plusieurs meurtres apparemment « gratuits » qui ne le sont peut-être pas autant que cela) est intrigant, la présence de la belle Rosamund Pike (qu’on a connue plus à l’aise), de Richard Jenkins et surtout celle incongrue de Werner Herzog en figure méphistophélique, laissaient espérer de quelque chose de plus ambitieux. Car ne nous y trompons pas : sous son énorme budget, ses séquences d’action chiadées, « JACK REACHER » n’est qu’un Steven Seagal ou un Jason Statham de luxe, entièrement dédié à la gloire de son acteur principal. Si on adore Cruise, tout va bien, c'est même le Nirvana. Si on a des réserves, c'est une autre histoire…

C'est donc un polar qui ne tient pas vraiment ses promesses et laisse tomber ses pistes potentiellement intéressantes. Ainsi le ‘gimmick’ du méchant Herzog, qui veut obliger un homme à manger ses propres doigts comme il le fit lui-même en prison jadis, ne sert-il que de façon anecdotique, alors qu’on s’attendait à ce que notre héros soit confronté à l’épreuve. Mais on n’abime pas Tom, on ne blesse pas Tom, on ne décoiffe pas Tom…

C'est le savoir-faire du réalisateur qui sauve les meubles, grâce à une longue mais belle poursuite en voiture, une bonne utilisation des extérieurs. Même si on préfèrera se souvenir de son film précédent « WAY OF THE GUN » (douze ans, déjà !) autrement plus personnel. Bref : fans de Tom, ignorez ce post blasphématoire, vous allez atteindre l’extase !

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

commentaires

Kinskiklaus 18/05/2013 13:02

En tous points d'accord avec cet article. Je l'ai vu il y a quelques jours et l'ai sitôt oublié. Curieusement, les critiques lors de sa sortie annonçaient pour beaucoup un excellent film, avec un
Tom Cruise en grande forme, des dialogues percutants et son héros dans un rôle proche de Steve Mcqueen (sic!)...
Et le l'emploi fantomatique de Herzog est à lui seul un aveu de faiblesse scénaristique.

lemmy 18/05/2013 10:47

Tout à fait d'accord. Un film "à la Bronson" avec un Cruise dans un rôle de justicier. Cool attitude et réac. Le problème réside dans la star attitude, dans le côté tout-puissant, donc infantile,
et sans failles du super-anti-héros. Je n'ai rien compris à l'histoire des bad guys du film. La fin est même relativement puante dans mes déjà vagues souvenirs.

FJW 18/05/2013 11:36



Les miens étant encore plus vagues (depuis, j'ai vu la géniale série "BREAKING BAD"), je ne saurais pas te confirmer...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens