Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 12:28

NICHOLSON (3)Il a tout traversé avec une bonne humeur ravageuse : les séries B de Roger Corman torchées en deux jours, le trip LSD des sixties, les films d’auteur underground et le super-vedettariat, pour finir cabotin de luxe aux cachets obscènes, à l’instar de son prédécesseurNICHOLSON (2) Brando.

On repère Jack Nicholson en délinquant dans « THE CRY BABY KILLER », en maso hilare se faisant arracher les dents dans une séquence-culte « LA PETITE BOUTIQUE DES HORREURS », en benêt en collants NICHOLSON (5)dans « LE CORBEAU », en ‘marine’ dans « ENSIGN PULVER », en officier napoléonien dans « THE TERROR », en tueur sadique du Far-West dans « LA MORT TRAGIQUE DE LELAND DRUM », en cowboy naïf dans « L’OURAGAN DE LA VENGEANCE », en pompiste shooté dans « WILD ANGELS ON WHEELS », en ‘biker’ déjanté dans « REBEL ROUSERS », avant qu’il n’éclate enfin dans « EASY RIDER » dans un rôle pourtant épisodique d’avocat déjanté, qui fait un bout de route avec les deux hippies.

NICHOLSON (6)

Suivent des succès d’estime dans un cinéma d’auteur hors des sentiers battus : le pianiste déraciné de « 5 PIÈCES FACILES », le speaker binoclard introverti de « THE KING OF MARVIN GARDENS » (absolu contremploi !), avant le succès international qui arrive avec son rôle de mataf bas-du-front dans « LA DERNIÈRE CORVÉE ». Dès lors, les grands rôles affluent : J.J. Gittes, le privé cynique de « CHINATOWN », rôle magnifiquement adapté à sa personnalité qu’il reprendra vingt ans plus tard dans « PIÈGE POUR UN PRIVÉ » qu’il NICHOLSON (4)réalise lui-même. Il est l’usurpateur d’identité de « PROFESSION : REPORTER », le voyou sympathique interné en HP de « VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COUCOU », son plus grand succès public, le traîne-savate obsédé sexuel dans « LE FACTEUR SONNE TOUJOURS DEUX FOIS ».

Jack tourne énormément et les échecs pleuvent aussi : « MISSOURI BREAKS » où il est un terne voleur de chevaux, bouffé tout cru par le gros Brando, « EN ROUTE VERS LE SUD ! » qu’il réalise et où il joue un hors-la-loi « acheté » par une célibataire. Il est un kidnappeur benêt dans « LA BONNE FORTUNE », un flic frontalier en butte au Système dans « POLICE FRONTIÈRE ». Il accepte des petits rôles comme Eugene O’Neill dans « REDS » ou le syndicaliste tenace dans « LE DERNIER NABAB ».

Après « SHINING » où il incarne à l’extrême limite du surcabotinage, un écrivain possédé par des esprits maléfiques, le jeu de Nicholson change ostensiblement et semble de plus en plus débridé et hors-contrôle. C’est parfois amusant : le ‘hitman’ bovin et sentimental de « L’HONNEUR DES PRIZZI », le cosmonaute ivrogne de « TENDRES PASSIONS », mais le NICHOLSON (1)plus souvent pénible et sans raison d’être : le diable éructant dans « LES SORCIÈRES D’EASTWICK », l’insupportable Joker plâtré de « BATMAN », le général fêlé dans « DES HOMMES D’HONNEUR », le syndicaliste surchargé de prothèses de « HOFFA », le double rôle de président des U.S.A. et d’agent immobilier ringard de Vegas dans « MARS ATTACKS ! », le psy de « SELF CONTROL ».

Il est plus à son affaire en cambrioleur vieillissant dans le méconnu « BLOOD & WINE », en écrivain misanthrope dans « POUR LE PIRE ET POUR LE MEILLEUR », qui lui vaut l’Oscar, en séducteur carburant au viagra dans « TOUT PEUT ARRIVER », en business man atteint d’un mal incurable dans « SANS PLUS ATTENDRE ».

L’éditeur usé, ravivé par une morsure de loup dans « WOLF », l’homme brisé qui veut NICHOLSONvenger son fils tué par un chauffard dans « THE CROSSING GUARD » sont de rafraichissantes surprises tardives.

Et c'est alors qu’on n’attendait plus grand-chose de lui, que Jack trouve peut-être son plus beau rôle : celui du flic obsédé par son ultime affaire dans « THE PLEDGE ». Il est également très bien en retraité dépressif de « MONSIEUR SCHMIDT », en caïd givré dans « LES INFILTRÉS ».

Nicholson apparaît non mentionné au générique de « L’AFFAIRE AL CAPONE » en tueur enroué, puis des années plus tard dans « BROADCAST NEWS » en présentateur vedette de TV et dans « ÉTOILE DU SOIR » où il reprend le temps de trois scènes, son rôle d’astronaute créé dans « TENDRES PASSIONS ».

À la TV, il apparaît en escroc moustachu dans « FLIGHT TO FURY » qu'il a également écrit, en latino dans plusieurs épisodes du « JEUNE DOCTEUR KILDARE ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens