Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 07:44

S’inscrivant parfaitement dans l’œuvre tout à fait cohérente de Christopher Nolan, « INCEPTION » ne peut laisser indifférent. Si on peine à pénétrer ses arcanes pendant une bonne demi-heure, on est progressivement happé dedans sans même s’en rendre compte, tout simplement parce qu’on en capte la logique interne. Un peu comme aux échecs ou en informatique. INCEPTION

Construit en poupées-gigognes, ce ‘bad trip’ dans les rêves annihile peu à peu tout esprit critique, tout cartésianisme pour faire croire à l’impossible : il s’agit là d’un blockbuster à la « MISSION : IMPOSSIBLE », dont le décor n’est autre que le labyrinthe formé par l’âme humaine.

Ce n’est pas un film facile d’accès et il exige une attention de chaque seconde. Le pari est d’autant plus culotté que sa durée peut sembler excessive. Surtout dans le dernier quart qui pour brillant qu'il soit, n’en finit pas de finir. Jusqu'à l’exaspération. Toujours ce même défaut des films dépassant les 2 H 30 qui finissent tous par se complaire dans leur opulence.

Dans le rôle principal, Leonardo DiCaprio dont le visage poupin se marque peu à peu, joue une sorte de continuation de son personnage de « SHUTTER ISLAND » (la relation à sa femme comprise), Ellen Page confirme qu'elle a un bel avenir devant elle, Ken Watanabe est superbe de présence. On a plus de mal à reconnaître Tom Berenger, grisonnant et ventru. Et en bonus, le cher Michael Caine apparaît en clin d’œil dans deux séquences, en prof goguenard.

Dans la foulée thématique des « GRIFFES DE LA NUIT », mais surtout « DARK CITY », « MATRIX » et même « AVATAR », « INCEPTION » est un film-monstre qui nécessite probablement plusieurs visions pour en goûter toutes les facettes. Sans ces longueurs superflues dans le final et des séquences d’action redondantes et trop étirées, on pourrait déjà parler d’un chef-d’œuvre. Il fait en tout cas partie d'une série de films réinventant des univers alternatifs pour échapper au triste réel. Films de crise ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HORREUR - SF ET FANTASTIQUE
commenter cet article

commentaires

Belerrophon 23/11/2010 18:43


Film de crise ? Completement d'accord avec cette analyse et les autres films cités
et très interressant que ce film soit sur www! J'adore vraiment ce blog!

De l'ouest sauvage ou les gens s'étripez pour un rien à cette univers à l'action fantasmé; du visceral à l'hyper intellectualisé.

Inception: un film dont les multiples facettes théoriques etourdissent:

Fantasme de film d'action bourrin à la james bond mais completement complexé, affranchi de par son scenario (tout comme l'était Matrix dans un sens) par tous qu'on peut reproché à ce genre de film
(glorification de la violence, fascination du surhomme);
Mise en abime sur le cinéma(la scene de la terrasse entre Page et Di Caprio renvoyant clairement a un cours sur le montage et ses effets; les personnage; plus qu'utilitaire à la Mission Impossible
renvoie directement à Shutter Island et son fantasme de film noir) etc...

Comme disait le personnage de Cotillard; "chacun sa réalité"; ce que je viens de dire n'est peut etre vrai que pour moi. Essai marqué Mr Nolan.


Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens