Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 12:15

Il y a un an exactement, sortait aux éditions de la Transparence un petit ouvrage signé Philippe Ortoli et entièrement consacré à « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » (c'est d'ailleurs le titre de l’ouvrage).

Comment l’évènement avait-il échappé jusque-là à « WWW » très monomaniaque concernant le chef-d’œuvre de Sergio Leone, on se le demande encore ! Le fait est que ce WESTBOOKlivre d’une centaine de pages est une analyse sérieuse et détaillée du film, particulièrement concentrée sur le personnage de ‘Harmonica’. L’auteur a cité toutes les références de Leone concernant « VERA CRUZ » ou « L'HOMME AUX COLTS D’OR ». On n’est pas obligé d’adhérer à toutes ses analyses ou théories, mais certaines sont intéressantes et l’ouvrage est bien écrit. Et puis, comment ne pas aimer le premier livre français entièrement dédié au plus grand film du monde ?

Par contre, un passage nous a interpelés. Il concerne la séquence où Harmonica empêche Jill McBain de quitter sa ferme en lui déchirant sa robe, alors que deux tueurs s'apprêtent à charger, depuis une colline voisine.

M. Ortoli y voit un clin d’œil à « VERA CRUZ » en écrivant : « Le physique de Charles Bronson vêtu d’un costume clair de cow-boy défini par une sauvagerie animale et jouant de son harmonica des airs enjoués est donc une image musicale que l’on veut ressusciter à travers ce qui l’a organisée et rendue signifiante. C'est la raison pour laquelle, lorsqu’il surgit dans la grange pour protéger Jill, Harmonica commence par la molester vigoureusement, arrachant même sa collerette comme s’il allait la violer. Cette brutalité qui n’a strictement aucune raison d’être, l’immobilisation de la jeune femme suffisant largement, est un écho de la tentative de viol de Maria (Sarita Montiel) par Pittsburgh… ».

WESTBOOK (1)

À notre sens, il y a au contraire une TRÈS BONNE raison à l’action d’Harmonica. Et même probablement deux : en arrachant la collerette et les manches blanches et Jill, l'homme élimine des cibles trop visibles pour les tueurs embusqués (qu'il a évidemment repérés, comme nous l’indique un rapide coup d’œil pendant qu'il maintient Jill à terre). Ensuite, en dénudant la poitrine de la femme, il compte sur la lubricité des deux sbires – et il a bien raison – qui pourraient avoir l’idée de s’amuser un peu avant d’abattre leur cible. Les tueurs rangent leurs carabines avant de chevaucher vers la ferme. Ce qui causera leur perte.

 

Harmonica ne fait RIEN sans raison ! CQFD.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LIVRES ET MAGAZINES
commenter cet article

commentaires

nico 04/02/2012 22:31

C'est marrant, dans cette scène j'y ressentais un raison bien plus simple. Je pensais simplement que harmonica voulait transformer Jill en une fille de la ferme. Les manches et collerettes ne sont
pas indiqués pour un travail de labeur. Dans cette scène on comprend bien que harmonica souhaite que Jill reste dans la propriété car il sait qu'elle a un rôle important à jouer. Le fait de lui
déchirer la robe, je voyais çà plus comme "allez va bosser". Voilà, mais je peux me tromper. ;-)

Fred Jay Walk 04/02/2012 23:20



Oui, cela se tient.


Mais tu ne tiens pas compte des deux sbires dans les collines... A peine l'a-t-il "dénudée" que Harmonica envoie Jill chercher de l'eau. C'est bien pour une seule raison... Mais je peux me
tromper aussi !!!



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens