Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 18:08

HARRY (1)« HARRY, GENTLEMAN PICKPOCKET » c'est de l’essence de concentré de James Coburn. La synthèse parfaite du personnage qu'il a peaufiné au cinéma d’année en année, HARRYde westerns en comédies en passant par les polars. Élégant, légèrement narcissique, ‘womanizer’, le cheveu argenté coupé façon seventies, le sourire rare mais éclatant, Coburn joue uneHARRY (3) sorte de « roi des pickpockets », un ‘pro’ ultra-discipliné qui a établi ses propres règles et travaille en artiste virtuose à dépouiller les passants. 

Écrit par Bruce Geller, le créateur de « MISSION : IMPOSSIBLE », le film présente plusieurs points communs avec la série : Coburn – dont la chevelure évoque d'ailleurs Jim Phelps ! – est le chef d’une équipe qu'il a formée pour des « missions » dangereuses et illégales. Si l’un d’eux tombe, les autres « nieraient avoir eu connaissance de ses agissements ». Mais « HARRY IN YOUR POCKET » n’est pas un film policier, ni même un HARRY (2)suspense. C'est le portrait d’un solitaire intouchable, qui va tomber de son piédestal pour s’être trop intéressé à ses frères humains. Et être tombé amoureux, cela va sans dire. Tourné avec beaucoup de chichis : ralentis, plans à la longue focale, scènes musicales, fondus-enchaînés, etc., le film n’en souffre étonnamment pas trop et dégage une véritable poésie. Ainsi les séquences montrant le ballet millimétré qu’exécutent les voleurs pour subtiliser les portefeuilles, sont-elles absolument brillantes.

Autour d’un Coburn mystérieux et faillible sous ses dehors de prince en exil, on voit la charmante Trish Van Devere, le toujours bon Michael Sarrazin et le vétéran des années 40 Walter Pidgeon, formidable en vieux voleur cocaïnomane qui fera le « coup de trop ».

Bien ancré dans son époque, « HARRY IN YOUR POCKET » est suffisamment stylisé et bien rythmé pour être encore très appréciable aujourd'hui. Un film curieusement sous-estimé…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE JAMES COBURN
commenter cet article

commentaires

cool 01/09/2015 20:37

cool

Marc Provencher 23/09/2014 01:44

Une vraie merveille, millimétrée et nostalgique. Coburn est impérial mais en somme c'est le quatuor d'acteurs qui l'est. La musique de Lalo Schifrin est très variée. Il y a un côté travelogue
assumé (séquence sur le navire de croisière, plans de parterres fleuris à Victoria) en même temps qu'un petit côté crépusculaire. La fin très sèche est même du cinéma seventies à son meilleur.
Alors oui, en effet, film sous-estimé et méconnu !

valcogne.over-blog.com 04/02/2012 19:37

Les films sous estimés, comme l'espérance des lendemains, ce sont mes fêtes. Merci Fred, pour ce énième conseil..

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens