Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 08:47

BIG WCertains sujets sont vraiment dans l’air du temps et ce n’est certainement pas par hasard que « GRAFFITI PARTY » (arrrrgghhh ! Ces titres français !!!) présente autant de similitudes scénaristiques avec « VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER » sorti la même année.

Le film de Cimino est un chef-d’œuvre unanimement célébré, celui de John Milius situé dans un tout autre milieu, est plutôt devenu un ‘cult-movie’ et essentiellement aux U.S.A. où la « culture surf » est ancrée depuis longtemps.

On y parle donc d’une bande d’amis – surtout un trio de champions locaux, de la jeunesse qui s’achève, de la guerre du Vietnam qui menace de faucher ces garçons insouciants,BIG W (1) obsédés par les grosses vagues et les bitures. Mais la comparaison avec le Cimino s'arrête là. « GRAFFITI PARTY » n’en a ni la puissance, ni la densité dramatique, ni le casting.

C'est un film qui progresse par touches, au rythme alangui de la vie en bord de mer. On y suit des fêtes où l’alcool coule à flots, où les bagarres éclatent pour un rien, où les filles tombent enceintes. Ce n’est guère passionnant et on sent que Milius fait son possible pour rendre tout cela « mythique », comme de nombreux films l’ont fait pour le baseball. Mais il est difficile d’être fasciné par ces gentils crétins bronzés et peroxydés aux muscles saillants, par leur « mentor » barbu qui fabrique leurs surfs et bâtit leur légende. À vrai dire, tout cela semble forcé et un chouïa ridicule. D’autant que les images de surf sont beaucoup trop rares pour générer une quelconque admiration, même à la fin lors du fameux ‘Big Wednesday’ où les doublures sont beaucoup trop visibles.

Jan-Michael Vincent est très bien dans ce rôle de surdoué de la planche autodestructeur, mais comme ses partenaires, manque d’étoffe et de finesse.

À noter l’hommage-clin d’œil à Sam Peckinpah dans la séquence finale, lorsque les trois amis marchent côte à côte vers la mer déchaînée, fendant la foule, qui est une reproduction fidèle de la célèbre traversée de la ville des derniers membres de « LA HORDE SAUVAGE ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Seb 19/12/2012 17:42

Ah eh bien là on est d'accord ! J'ai aussi trouvé ce film assez languissant et superficiel, avec quelques belles scènes de surf sur la fin néanmoins. Jan-Michael Vincent est pas mal mais Gary Busey
franchement insupportable (jamais aimé cet acteur). C'est joliment photographié, la Californie du Sud est belle, mais à part ça...

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens