Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 06:30

« EVIL SPIRITS : THE LIFE OF OLIVER REED » écrit en 2000 par Cliff Goodwin, commence par un chapitre saisissant sur la mort de l’acteur, dans un bar à Malte où il se soûlait consciencieusement pendant le tournage de « GLADIATOR ». Le reste du livre est un flash-back sur la vie et la carrière de ce neveu du vénérable réalisateur Carol Reed, destiné à devenir une énorme star, mais plombé par son comportement suicidaire.

C'est un peu triste, mais souvent amusant. On apprend ainsi qu’Oliver s’était fait faire unREED book tatouage sur la zigounette qu'il aimait à exhiber dans les restaurants. Robert Mitchum ou Robert Vaughn en firent les frais. On est surpris de savoir qu'il fut sérieusement envisagé pour jouer 007, mais que l’inconnu George Lazenby lui fut préféré, qu’Anthony Burgess s’inspira de lui pour créer le personnage d’Alex dans son roman « ORANGE MÉCANIQUE ».

On « assiste » à la bagarre qui lui valut cette vilaine cicatrice au visage. On est navré d’apprendre qu'il ne s’entendit guère avec Lee Marvin, à la personnalité pourtant voisine. Que Bette Davis et Raquel Welch le haïssaient profondément. Qu'il fut viré d’un film de Renny Harlin la veille du tournage, pour s’être soûlé en public. Mais on s’amuse quand Sarah Miles sur le plateau de « VENIN », lui demande d’éjecter Klaus Kinski, dont les crises de nerfs exaspèrent tout le monde. « Je suis cinglé », répondra ‘Ollie’ prudent quand il le fallait, « Mais pas idiot ».

Cette biographie survole cette personnalité volatile et complexe sans en donner réellement les clés. Mais à travers les témoignages, les anecdotes et le souvenir de ses trop rares grands rôles, se dessine un parcours erratique, gâché, qui laisse pas mal de regrets. Car des « LOVE » et des « DIABLES », il n’y en a finalement pas beaucoup eu dans la filmographie d’Oliver Reed…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LIVRES ET MAGAZINES
commenter cet article

commentaires

George Mathieu 04/01/2014 23:58

Je viens de lire cette ouvrage. Je suis d'accord avec ta critique. Pour ma part, mon passage préféré est celui où on apprend que Oliver Reed a vomi sur Steeve McQueen dans une boîte de nuit alors
que ce dernier était venu pour discuter d'un projet avec Reed en tête d'affiche. Faut le faire...
Ps: j'espère bientôt voir une analyse de "Women in Love", "Le prince et le pauvre" et la version des "Trois mousquetaires" sur le blog du west 2. Merci d'avance.

Patrick 14/02/2013 11:00

Je ne crois pas que je me serais entendu avec ce personnage mais cet acteur que j'apprécie beaucoup.
Parfois je regarde un film juste parce qu'il est présent au casting.
Malheureusement cette bio ne sera jamais traduite en français.

Marc Provencher 12/02/2013 21:21

Intéressant. Dans l'album 'Dino Risi, maître de la comédie à l'italienne' (1996), par Valerio Caprara, on apprend que la principale difficulté de tournage de 'Rapt à l'italienne' fut qu'Oliver Reed
était «en constant état d'ébriété».

lemmy 12/02/2013 20:42

Bonne remarque, Marc. Certains aiment vivre dangereusement. Ce "Venin" est assez intriguant.

Oliver Reed est mort dans un bar à Malte, waouhh...

Marc Provencher 12/02/2013 14:55

Pauvre (et magnifique) Sarah Miles ! Qui est le timbré fini qui a eu l'idée de recruter à la fois Klaus Kinski et Oliver Reed sur le même tournage ?

Fred Jay Walk 12/02/2013 19:16



Sans oublier Sterling Hayden, qui ne suçait pas que des glaçons !



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens