Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 05:58

L’avantage de mettre quelqu’un comme Raoul Walsh aux commandes d’une comédie policière, c'est qu'il va la diriger comme un film d’action ou un western. Donc,BIG BROWN (1) « EMPREINTES DIGITALES » (traduction quasi-littérale de « DE GRANDS YEUX BRUNS ») démarre sur les chapeaux de roue, enchaîne les séquences à vitesse Grand-V, les bonnes répliques crépitent, les acteurs jouent en perpétuel état d’urgence et malgré la minceur du scénario, on ne s’ennuie pas une seconde.

Bien sûr, le choix des deux vedettes est pour beaucoup – presque tout – dans le plaisir qu’on a à voir le film : Cary Grant est drôle et distancié en flic ventriloque (sic !) et obstiné même s’il n’est pas particulièrement doué et Joan Bennett est un véritable délice en manucure-journaliste (sic, aussi !) peroxydée, futée et à la langue bien pendue. Leur tandem fonctionne à plein régime et donne tout son sel à l’action. On pense parfois à Fresnay et Delair dans « L’ASSASSIN HABITE AU 21 » en beaucoup plus ‘glamour’. Mais l’esprit est le même et c'est un bon esprit !

BIG BROWN

Autour d’eux, un excellent casting où se distinguent Walter Pidgeon en gangster en col blanc, Lloyd Nolan en malfrat amoureux des belles fleurs et le jeune Henry Brandon en porte-flingue sans état d’âme.

Le film est bien réalisé, truffé d’idées visuelles, il se permet des ruptures de ton étonnantes (la mort d’un bébé tué par une balle perdue) et laisse un souvenir plaisant et enjoué.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE CARY GRANT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens