Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 06:35

Avouons-le, « WWW » ne donnait pas cher de « DJANGO UNCHAINED », surtout après la déconvenue des derniers films signés Tarantino et une vraie saturation concernant ses apparitions médiatiques.DJANGO

Et pourtant… Et pourtant… Sans être le chef-d’œuvre du siècle en matière de western, le film est un fourre-tout plein de panache et de style(s), qui balaie les réticences à force d’énergie et de bonne humeur. On pourra toujours râler sur la BO bordélique et souvent distractive, regretter le caméo bâclé de Franco Nero (il faut dire que le film n’a aucun rapport avec celui de 1966), s’agacer devant l’interminable séquence du dîner à la plantation qui plombe gravement le rythme et manque même nous gâcher le plaisir, mais si on parvient à passer ce cap, impossible de nier le grand plaisir – légèrement coupable tout de même – provoqué par la projection.

La première heure est formidable en partie grâce à Christopher Waltz extraordinaire en ‘bounty hunter’ allemand lettré et pédagogue dont chaque tirade est un régal. Même les digressions sont réussies, comme cette attaque ridicule du KKK dont les membres ont des soucis de… cagoule mal cousues. À mourir de rire ! En fait, le film ressemble à la célèbre boîte de chocolats de Forrest Gump : on ne sait jamais sur DJANGO (1)quoi on va tomber.

En cinéphile compulsif, « QT » exhume de vieux acteurs comme Don Stroud, Russ Tamblyn ou Bruce Dern pour des rôles minuscules et taille à Samuel L. Jackson le personnage le plus savoureux : une sorte de jumeau maléfique de l’Oncle Tom. Ses scènes en tête-à-tête avec Leonardo DiCaprio, où il oublie de jouer le « bon nègre » sont stupéfiantes. Quant à Jamie Foxx, il incarne le héros, ancien esclave métamorphosé en vengeur romantique, avec force et sobriété.

Pour tous ceux qui boudaient le réalisateur depuis « JACKIE BROWN » il est donc temps de se réconcilier avec lui, en espérant qu’un jour, il parviendra à se contenir complètement, à oublier ses goûts musicaux, son amour des tunnels dialogués autour d’une table, pour faire des films plus concentrés, sans cette demi-heure de trop qui empêche « DJANGO UNCHAINED » de s’élever au-dessus de sa condition d’hommage décomplexé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans WESTERNS U.S. ET ITALIENS
commenter cet article

commentaires

Streamiz Filmze 27/05/2014 23:51

article très intéressant

Film streaming 08/05/2014 20:31

Bon premier segment puis... Ennui, kiffe, ennui, kiffe, ennui, kiffe, ennui... voilà la spirale dans laquelle tourne ce film. Je sais que c'est le but de Tarantino mais je ne le trouve plus aussi
inspiré qu'avant. Il est très autosatisfait :(

Fred Jay Walk 08/05/2014 22:36



Oui, il sait maintenant que quoi qu'il fasse, ça marchera, qu'il ira dans les festivals, qu'il ne risque pas grand-chose... Et cela se ressent dans ses films. Dommage, j'avais tellement aimé
"RÉSERVOIR DOGS", à sa sortie !



Kinskiklaus 14/05/2013 20:28

Ouaip, ce n'est pas un acteur, on est d'accord. Mais je persiste sur son jeu excellent dans UNE NUIT EN ENFER. Et dans ce dernier, il en fait trop car son rôle l'exige, comme tous les autres
comédiens en font trop (sauf Salma Hayek à mon goût, mais je dérive vers mes fantasmes, pardon!). Dans PULP FICTION, il remplissait plutôt bien sa fonction aussi. Mais pour ses autres apparitions,
no comment... Quand à son manque de photogénie, tout cela est subjectif, on ne peut pas nier qu'il a une gueule disons...atypique.

Kinskiklaus 14/05/2013 16:31

C'est vrai que Tarantino est devenu un piètre acteur. J'utilise volontairement ce verbe, car par le passé, il fut excellent dans le rôle du psychopathe/vampire dans UNE NUIT EN ENFER.
Mystère...Mais personnellement, je m'amuse toujours à le retrouver dans un de ses films, comme une gueule familière qu'on retrouvé au café du coin.

Fred Jay Walk 14/05/2013 16:36



Excellent dans "UNE NUIT EN ENFER" ? Bien utilisé à la rigueur. Mais il en fait trop, complique tout, et surtout son manque de
photogénie est perturbant. Qu'il aime se montrer, c'est une chose, mais ce n'est pas un acteur.



Seb 13/05/2013 17:27

D'accord presque mot pour mot avec klaus. Je trouve aussi la scène du KKK particulièrement gonflante dans le genre mauvaise idée de gag étirée à l'envi.

Kinskiklaus 13/05/2013 15:37

Agréable surprise que ce dernier film de Tarantino. Contrairement à la plupart de ses films, nous sommes moins dans l'excès d'utilisation de la musique, celle-ci se faisant même discrète par
moments. La prestation de Waltz est éblouissante, il est avec Samuel L Jackson, l'attraction première de ce film, d'ailleurs, c'est insensé qu'il ai remporté la statuette d'Hollywood dans la
catégorie "meilleur second rôle", bêtise absolue...
Di Caprio est extraordinaire, comme d'habitude, l'énorme bémol pour moi se situe dans le choix de Jamie Foxx dans le rôle titre, ce dernier passant la majeure partie du film à mettre la main sur
son pistolet, prêt à dégainer. De plus, à aucun moment je n'ai été touché par son personnage, à aucun moment je n'ai été frôlé par l'émotion, rien ne transparait, ses dialogues sont fades. J'ai de
mon côté trouvé totalement inutile la scène avec Don Johnson et le KKK, me demandant même si elle n'avait pas été ajouté au dernier moment. Les scènes de fusillade sont filmées de manière brute et
sont toutes très réussies et surprenantes. Marrant de retrouver Tom Savini au générique quand on pense aux geysers de sang giclant partout, clin d'oeil au film ZOMBIE de Roméro? Toute la bobine est
très esthétique, rien à redire. Le meilleur film de Tarantino depuis Jackie Brown, mais nettement en deça de celui-ci. Un très bon film, ouaip, un chef-d'oeuvre? Non, définitivement pas. Mais je ne
vais pas bouder mon plaisir d'autant plus que clore le film par la belle musique de TRINITA, moi je dis bravo! Et puis, qu'autant de gens, et beaucoup de jeunes novices se déplacent au cinéma en
masse pour aller voir ce film, on ne peut que s'en réjouir.Juste une dernière chose, je n'ai absolument pas trouvé plombante la scène du diner, bien au contraire, c'est durant ces longues minutes
que Tarantino nous délivre ses meilleurs dialogues depuis bien longtemps!

Fred Jay Walk 13/05/2013 16:37



Tu vois ? L'intérêt d'avoir des avis divers : moi j'ai adoré la scène du KKK et me suis assoupi à celle du dîner... Les goûts et les couleurs, encore et toujours !


Mais sur l'ensemble, on est d'accord.



Lyne 11/04/2013 06:29

Ce film est sensationnel, je n'ai pas vu le temps passer.
Casting incroyable comme toujours et scenario au dynamisme ebouriffant. Enorme !

lemmy 09/04/2013 00:44

Ah, le film prête à controverses sur le blog du west, sauf sur un point : Tarantino joue mal (et est moche comme un pou):-)

Pour ma part, je rajoute que j'ai trouvé Foxx sobre car inexistant et médiocre ; quant à sa femme, je n'avais qu'une envie : qu'elle meure ou qu'elle ait une scène avec Tarantino. Quant à Samuel
Jackson, je l'ai trouvé mauvais comme un goret, sa seule excuse : il cabotine comme on lui demande, et ensuite Tarantino enrobe le tout pour faire un pseudo-thème curieux qui irrigue maladroitement
tout son film : les noirs sont-ils les responsables de leur esclavage ?

Quant à l'hommage au western italien : il est plus proche de la tourte au gras de saindoux que des spaghetti con vongole. Ca commence par le générique de Django (seule référence à Django, le film,
détruit par la suite par la lamentable apparition de Nero), s'enroule dans des myriades de références (pas forcément au western spagh') et s'achève logiquement par la musique de Trinita et un Foxx
exécutant avec son cheval une danse référentielle à Terence Hill devant sa femme ahurie : belle conclusion d'ailleurs : un film contre l'esclavage se terminant ainsi... ; il ne manquait plus que le
cheval ou la femme de Django achève le tout sur un pet.

Bon, en fait, ce qui ne passe pas, c'est la scène (assez drôle) des cagoules du KKK que Tarantino voulait comme une référence à John Ford, artiste raciste selon Tarantino. Lire ça juste avant
d'aller au ciné m'a rendu furieux.

Fred Jay Walk 09/04/2013 07:07



Je suis d'accord sur à peu près tout ce que tu écris là, Lemmy. Mais contrairement à toi, cette "bouillie" m'a amiusé et distrait (enfin, en partie !).


 


En fait, ce qui est épatant, c'est que QT passe aujourd'hui aux yeux du public pour un "grand cinéaste", ce qu'il n'a jamais été. Dieu reconnaîtra-t-il les siens ? Et quand ?



Seb 08/04/2013 20:24

Je crois qu'il s'agit plutôt d'une tentative d'accent "aussie", QT et ses deux acolytes étant des convoyeurs australiens pour une compagnie minière ou quelque chose dans le genre. En tout cas,
c'est effectivement peu heureux. Et même sans causer, Tarantino est tellement peu cinégénique (pour rester gentil) qu'il foire systématiquement ses caméos. N'est pas Hitchcock qui veut !

Fred Jay Walk 08/04/2013 21:17



Autant pour moi. Normal que son accent sudiste soit foireux s'il n'en est pas un !


Mais tu as raison, je n'ai jamais vu un tel manque de photogénie. C'en est phénoménal. Ne parlons même pas de cinégénie !



larcheau 08/04/2013 19:38

Ce n'est pas benvenuti al sud mais welcome in the south :D

larcheau 08/04/2013 06:54

Tarantino et Nero auraient pu échanger leur rôle :D

Fred Jay Walk 08/04/2013 08:39



QT insiste pour jouer dans ses films, mais il ne fait pas de progrès en tant que comédien ! Là, avec son accent "sudiste", c'est terrible...



larcheau 06/04/2013 18:48

J'ai vu le film en salle et j'ai trouvé,comme beaucoup , qu'il était long . les deux acteurs qui sortent du lot sont Waltz et Jackson ,Di caprio bof et Eric Marion Bishop insipide . Par contre ,
j'ai bien aimé voir les apparitions de Don Johnson , Franco Nero et consorts.

Fred Jay Walk 06/04/2013 19:30



Oui, mais concernant Nero, il y avait certainement mieux à trouver qu'un rôle d'esclavagiste italien énervé...



Seb 06/04/2013 17:52

En effet, j'ai lu ton dernier paragraphe un peu trop vite. Je suis tellement habitué à "Kill Bill et Inglourious Basterds c'est trop cool et trop génial" lors de conversations avec certains amis
plus ou moins cinéphiles que je commençais à me poser des questions sur ma santé mentale. :0095: :0101:

Kinskiklaus 06/04/2013 17:24

Je ne me prononcerai pas n'ayant pas vu le film mais si tu es fou, le maitre du blog doit l'être tout autant...

Fred Jay Walk 06/04/2013 17:37



Ce qui - soyons honnêtes - n'est pas à exclure.



Seb 06/04/2013 17:21

Est-ce que je vais passer pour un fou en affirmant que c'est le Tarantino devant lequel j'ai eu le plus de plaisir (ou le moins d'agacement) depuis Jackie Brown ?

Fred Jay Walk 06/04/2013 17:36



Pas du tout, c'est grosso-modo ce que je disais dans le post !



Dino Barran 06/04/2013 15:09

Je ne comprends pas qu'il ne se soit pas trouvé un producteur pour convaincre Tarantino que son film était trop long. Personnellement, je suis d'accord avec Seb et Patrick : Waltz donne beaucoup
d'intérêt au film et la scène du dîner m'a paru fort réussie. La montée de la tension, la façon dont l'intérêt du spectateur se déplace de Waltz à DiCaprio, les retournements de situation... Bref,
tout ceci pour dire qu'il aurait dû conclure sur la fusillade dans la maison. Les vingt minutes qui suivent m'ont paru longuettes et superfétatoires.

Fred Jay Walk 06/04/2013 17:40



A mon avis, le fait qu'il ait eu une star du calibre de DiCaprio l'a obligé à gonfler son rôle à l'écriture, quitte à déséquilibrer le film. Si la scène à la plantation avait été plus courte, la
fin aurait semblé moins étirée. Je pense...



valcogne.over-blog.com 06/04/2013 14:39

Je répète ce que j'ai dit ailleurs, l'introduction laisse présager un chef d'oeuvre mais je ne trouve pas Jamie Foxx convaincant en Django. Le flm se traine sur des propos qui méritaient chacun une
oeuvre à part entière. L'image est belle, le décalage prèsent, comme toujours, mais Christopher Waltz, Samuel L Jackson, Leonardo Di Caprio sont ceux qui s'en tirent le mieux. Le final est
grotesque.

Patrick 06/04/2013 09:50

En gros je suis d'accord avec vous.
Pour un Tarantino c'est plutôt pas mal, la 1ère heure est même bonne mais il est vrai que le reste traîne parfois en longueur.
ATTENTION SPOILER : une fois que le personnage de Christopher Waltz meurt Django perd beaucoup de son intérêt.

lemmy 05/04/2013 19:03

Pour une fois, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi dans le ressenti du film, Fred. La première partie est prometteuse. Mais je crois qu'il faut passer le moment de l'entrée dans la
plantation, de l'arrivée tonitruante de Samuel Jackson en Oncle Ben's, de la scène interminable du dîner et de la fin frelatée : je n'ai pas pu et ai totalement décroché.

Fred Jay Walk 05/04/2013 20:49



Je comprends. Le fait que j'aie vu le film chez moi et non en salles a dû aider. Je ne suis pas sûr que j'aurais été aussi patient dans un cinéma pendant tout ce temps.


Ce fameux dîner a été un vrai pensum pour moi et DiCaprio parle tellement et pour dire toujours la même chose, que je n'ai pas pu juger s'il était bon ou pas !



Seb 05/04/2013 16:32

À peu près d'accord sur tout, excepté ce fameux long dîner avec DiCaprio où je trouve que pour une fois QT maîtrise bien cette espèce de long crescendo dans la tension qui ne peut aboutir qu'à un
gros carnage cathartique - lequel ne déçoit pas non plus. Pour la BO bordélique et distractive je n'aurais pas dit mieux: autant la collection de disques du cinéaste passait bien dans ses polars
urbains, autant du Bowie dans un film censé se passer en 1945 ou du 2Pac dans un western, c'est vraiment bof comme idée.

Fred Jay Walk 05/04/2013 18:52



La scène du dîner n'est pas mauvaise en soi, mais QT a érigé ce genre de situation en système depuis ses débuts et à mon avis, ça rend tout très prévisible et complaisant. J'attends avec
impatience qu'il signe enfin un film de 1 H 30 !



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens