Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 18:45

EASTWOOD (2)Il est long le chemin qui a mené le cowboy emprunté et longiligne de la série TV EASTWOOD (1)« RAWHIDE » à la présidence du festival de Cannes.

Clint Eastwood traîne d'abord ses guêtres dans des séries B Universal : le laborantin distrait de « LA REVANCHE DE LA CRÉATURE », les marines de « FRANCIS DANS LA MARINE » et « BRISANTS HUMAINS », les pilotes de chasse de « TARENTULA » où il bombarde l’araignée géante, « LAFAYETTE ESCADRILLE », et « ESCAPADE IN JAPAN », le 1er Saxon de « LADY GODIVA », le shérif benêt de « LA VRP DE CHOC » ou le Sudiste emporté de « AMBUSH AT CIMARRON PASS ».

Grâce à Sergio Leone qui le choisit après le refus d’acteurs plus connus, Eastwood crée au début des sixties un archétype d’antihéros qui allait marquer les décennies suivantes. Il joue ce chasseur de primes barbu et taciturne, en poncho mexicain dans « POUR UNE POIGNÉE DE DOLLARS », « …ET POUR QUELQUES DOLLARS DE PLUS » et « LE BON, LA BRUTE, LE TRUAND ». Eastwood transpose ce personnage dans l’univers policier dans « UN SHÉRIF À NEW YORK » en Texan perdu dans Big Apple et confirme l’essai avec « L’INSPECTEUR HARRY » où il fignole son rôle de justicier mal embouché etEASTWOOD (3) réfractaire à l’autorité, avec un certain génie. Il développe ce personnage dans cinq films allant de la justification (« MAGNUM FORCE ») à l’autoparodie (« LA DERNIÈRE CIBLE »), en passant par la banalisation (« L’INSPECTEUR NE RENONCE JAMAIS ») et finalement la désincarnation (« SUDDEN IMPACT / LE RETOUR DE L’INSPECTEUR HARRY »).

On le voit en innocent lynché mué en vengeur implacable dans « PENDEZ-LES HAUT ET COURT », en ranger à la gâchette facile dans « QUAND LES AIGLES ATTAQUENT », en chercheur d’or chantant dans « LA KERMESSE DE L’OUEST », en G.I. corrompu dans « DE L’OR POUR LES BRAVES » ou en mercenaire indécis dans « JOE KIDD ».

Eastwood se lance dans la réalisation au début des seventies et s’affirme comme un EASTWOOD (4)authentique auteur, même s’il met des années à se faire reconnaître via l’Europe. Dans ses propres films, il s’amuse à fissurer son image en faisant du ‘gringo’ un fantôme dans « L’HOMME DES HAUTES PLAINES » et « PALE RIDER / LE CAVALIER SOLITAIRE », une ruine humaine dans le sublime « IMPITOYABLE » (qui lui vaut l’Oscar) ou en réduisant son superflic à l’état d’ivrogne inapte dans « L’ÉPREUVE DE FORCE », de solitaire pervers dans « LA CORDE RAIDE » (qu’il n’a pas signé, mais tout de même réalisé) ou de vétéran ringard dans « LA RELÈVE », de ranger obtus dans « UN MONDE PARFAIT », de cosmonaute ressorti du placard dans « SPACE COWBOYS », ou encore de flic transplanté de « CRÉANCE DE SANG ».

EASTWOOD (6)

Il s’essaie à la comédie ‘redneck’ en jouant le boxeur à poings nus de « DOUX, DUR ET DINGUE » et « ÇA VA COGNER ! », le directeur du cirque ringard de « BRONCO BILLY ». Il lui arrive même d’être mauvais dans de mauvais films : le pilote de « FIREFOX : L’ARME ABSOLUE », le flic des années 30 de « HAUT LES FLINGUES ! », le chasseur de primes de « PINK CADILLAC » ou le tueur à gages de « LA SANCTION ».

Mais là où Clint surprend, c’est qu’il se révèle réellement bon comédien dès que l’occasionEASTWOOD se présente de jouer des rôles un tant soit peu complexes : le soldat manipulateur dans « LES PROIES », le Sudiste irréductible de « JOSEY WALES, HORS-LA-LOI », le sergent-la-terreur enroué dans « LE MAÎTRE DE GUERRE », le garde du corps à bout de souffle de « DANS LA LIGNE DE MIRE », le photographe énamouré de « SUR LA ROUTE DE MADISON », le voleur témoin d’un meurtre présidentiel dans « LES PLEINS POUVOIRS », le reporter alcoolique dans « JUGÉ COUPABLE », l’entraîneur désespéré de « MILLION DOLLAR BABY » et surtout le jumeau de John Huston dans « CHASSEUR BLANC, CŒUR NOIR » où il est habité par la grâce, sont des interprétations éminemment oscarisables. Son personnage de vieux dur à cuire au cœur d’or dans « GRAN TORINO » est du pur concentré d’Eastwood, une sorte d’hommage à lui-même, par un auteur se jouant de la notion de narcissisme.

À noter qu’au rayon des curiosités, il apparaît en mari ennuyeux d’une ménagère italienneEASTWOOD (5) dans un sketch des « SORCIÈRES » et le temps d’un ‘caméo’ dans le film « CASPER » et qu’il réalise plusieurs films : « BREEZY », « BIRD », « MINUIT DANS LE JARDIN DU BIEN & DU MAL », « MYSTIC RIVER » (son chef-d’œuvre ?), « LETTRES D’IWO JIMA », « MÉMOIRES DE NOS PÈRES » ou « INVICTUS », dans lesquels il n’apparaît pas.

En ‘96, Eastwood participe à l’élaboration d’un CD-ROM sur sa vie et son œuvre. En ‘98 et ‘99 paraissent deux biographies le présentant l’une comme un saint (l’autorisée, bien sûr signée par son ami Richard Schickel) et l’autre comme un monstre hollywoodien. L’une est édifiante, l’autre évidemment beaucoup plus drôle.

À la TV, outre ses sept années dans la série « RAWHIDE », on le voit en prospecteur moustachu dans « DEATH VALLEY DAYS », en pistolero arrogant dans « MAVERICK », en rebelle sans cause dans « HIGHWAY PATROL » et en cadet dans « WEST POINT ». Il apparaît dans son propre rôle dans « MON AMI ED ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

VAL 04/02/2012 22:56

L'info que j'ai donnée est à prendre avec des pincettes, évidement, d'autant qu'elle provient d'une émission "people".
Pour Spike Lee, je ne savait pas qu'il avait critiqué le dyptique "Iwo Jima" d'Eastwood, mais je pense que c'est bien de faire vaciller une star de son piédestal de temps en temps.

DANIEL 04/02/2012 22:27

Je ne sais pas ou tu as eu cette info qui parait improbable mais une chose est sure c est que Eastwood reviendra au cinéma comme simple acteur dirigé par un de ses amis(tant qu a faire).Et que si
Eastwood n est quasiment pas critiqué cela n a pas empeché Spike Lee de s en prendre de facon très violente a l icone sur sa vision de la guerre sur les terres du Japon.Ouvrirait il une breche???

VAL 04/02/2012 17:49

Ahhhhh, Blondin est devenu fou, Fred ! Je viens d'apprendre qu'il va apparaître dans...une émission de TV-réalité avec sa femme et ses filles !
Mais que diable va-t'il faire dans cette galère !

VAL 13/12/2011 22:21

Lemmy, tu as raison : l'apparition de Clint Eastwood dans "Rango" est un pur régal. Ce dessin animé est par ailleurs une réussite, un hommage aux westerns "Spaghetti" peuplé d'animaux qui n'ont
absolument rien de glamour.
Malheureusement, je l'ai vu en VF, ce qui lui enlève certainement beaucoup de son attrait.

lemmy 16/04/2011 13:35


Belle apparition d'un fantasmé Clint "Homme sans nom" Eastwood dans le rôle de l'esprit de l'ouest, dans le chouette western animalier animé "Rango". Sa voix est interpréte en vo par Timothy
Olyphant...


Fred Jay Walk 16/04/2011 16:28



Depuis "JUSTIFIED", j'ai un faible pour Olyphant. La filiation avec Clint n'est pas idiote.



lemmy 07/12/2010 21:57


Oui, mais vu la longueur de la carrière, il n'y a pas tant de mauvais films que ça...

Sinon, merci Dino, c'est assez instructif de lire la critique de l'époque, spécialement vu ce film que j'apprécie beaucoup. Si tu en as d'autres exemples, ça m'intéresse.


Dino Barran 03/12/2010 10:48


Clint a effectivement mis pas mal d'années à voir reconnaître son talent d'auteur et de metteur en scène. Au début des années 70, une certaine critique française se refusait à voir en lui autre
chose que le flic tendance facho qu'il se plaisait à interpréter. Curieux aveuglement, curieuse confusion entre l'homme et son personnage...
Ainsi la revue POSITIF jugeait-elle L'HOMME DES HAUTES PLAINES en janvier 1974 : "(...) seconde "mise en scène" de Clint Eastwood, ce "Mein Kampf" de l'Ouest, si invraisemblablement mal ficelé, mal
photographié, mal écrit, que l'on se prend d'un regain d'affection pour tous les honnêtes artisans capables, il y a vingt ans, de boucler à la suite dix films d'une qualité supérieure et d'un
esprit sensiblement plus sympathique. En 1950, il n'est pas une scène, pas un plan de ce film qui auraient obtenu l'imprimatur de la Universal." (Cité par F. Guérif).
Traudction : comme Clint est suspecté d'être de droite, il ne peut pas avoir de talent.
On reste consterné par tant de sectarisme.


Fred Jay Walk 03/12/2010 11:34



Surtout que ça s'est totalement inversé dans les années 80 et qu'aujourd'hui la critique encense même les mauvais films de Clint.


Et il y en a. Oui... Il y en a !



lemmy 02/12/2010 02:12


C'est même assez drôle de voir l'icône égratignée, car oui Eastwood est devenue une icône assez inattaquable et incritiquable. Je crois qu'il y a aussi un bio sur Brando qui a l'air assez
grâtinée.

Vont-ils trouver dans la bio dont tu viens de parler il y a quelques jours que Van Cleef était un travesti fétichiste des bottes de ski ? Et qui tournait tout ce qu'il pouvait tourner ? Tout est
possible.


Fred Jay Walk 02/12/2010 08:45



La bio de Brando ? Il y en a eu beaucoup, la plupart consacrées à ses frasques sexuelles. Moins marrantes que ce que tu suggères de Van Cleef !



lemmy 01/12/2010 21:14


A relire ce résumé de sa carrière, on ne peut que rester sans voix devant cet incroyable accomplissement dans tous les domaines de son art. Qui aurait pensé qu'il deviendrait un metteur en scène si
respecté ? Il est le dernier très grand de sa génération encore en activité. Et je susi fort troublé de me dire que son dernier film en tant qu'acteur sera "Gran Torino" ; la boucle est
bouclée.

Sinon, sa biographie non autorisée est assez croustillante et renseignée, mais l'auteur flingue lui-même son propos par ses persiflages obsessionnels. Tout ça pour se rendre compte que je me fous
des mauvais côtés de Eastwood... Seul le ciné compte.


Fred Jay Walk 01/12/2010 21:24



Bien sûr, qu'on s'en fout. Mais tant qu'à lire une bio, le mauvais esprit est quand même plus distrayant que la soumission béate.


Mais ce qui compte, ce sont les films. Le reste est en bonus.



Dino Barran 30/11/2010 23:26


A propos de QUAND LES AIGLES ATTAQUENT, Clint a déclaré récemment : "Burton et moi avons tué tellement de nazis en deux heures et demie qu'on se demande pourquoi la deuxième guerre mondiale a duré
aussi longtemps."


Fred Jay Walk 01/12/2010 08:58



Et alors, si on cumule avec ceux massacrés par les 12 salopards...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens