Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 08:09

CLASSETrès atypique dans la courte mais magnifique filmographie de Claude Sautet, « CLASSE TOUS RISQUES » transcende le genre où il évolue, le ‘film noir’, pour atteindre à la tragédie antique. Car ici, point question de polar, de scènes d’action – même s’il y en a quelques-unes – ni de voyous héroïques, le scénario de José Giovanni est ancré dans le réel et la vision qu'il donne d’Abel Davos, braqueur en cavale, n’a vraiment rien de glorieux ou d’admirable. Le film est bâti en goulot d’étranglement : au début, Davos est en groupe, femme, enfants, meilleur pote, il évolue dans les grandes artères de Milan, fuit dans l’immensité de la Méditerranée. À la fin, il est seul, acculé dans une minuscule chambre de bonne, où sa grande carcasse semble étouffer à petit feu.

La force et la maturité de ce film, outre une technique d’une modernité inouïe, est de montrer Davos tel qu'il est, de ne pas en donner une vision romanesque ou pathétique. Par quelques phrases, on comprend vite qu'il n’est pas victime du destin, mais qu'il a forgé son propre malheur. C'est une bête fauve, un tueur dans l’âme, entraînant dans sa chute sa propre famille. Le choix de Lino Ventura pour ce personnage est des plus intelligents : par sa carrure, sa densité humaine, il crée un paradoxe avec les actes de Davos, mais par sa rudesse et son expression revêche, exclut toute possibilité d’empathie. Davos est un vestige du passé, un anachronisme sur pattes. À l’heure où ses anciens complices parisiens sont devenus de bons bourgeois rangés des voitures, il continue sa course folle et espère être accueilli à bras ouverts quand il revient. Il pourrait reprendre à son compte les célèbres répliques peckinpiennes : « Les temps ont changé », « Pas moi ».

La réalisation adopte un style de semi-reportage extrêmement efficace, la voix ‘off’ n’estCLASSE (1) jamais gênante et préfigure l’utilisation qu’en fera Sautet dans ses œuvres suivantes. Tout bien sûr, n’est pas exempt de défauts : la sous-intrigue de Jean-Paul Belmondo avec l’apprenti-comédienne Sandra Milo ne sert strictement à rien et n’est manifestement là que pour satisfaire la coproduction. Mais cela ne gêne pas vraiment et ne pollue jamais le récit. Disons qu’on s’en serait volontiers passé, voilà tout.

Dans cet univers sombre, dépressif, loin de toute mythologie à la Melville, évoluent des personnages inoubliables : Belmondo d’abord, en jeune voyou énigmatique, aux motivations floues, mais fidèle jusqu'à la mort. Claude Cerval, visqueux à souhait en ex-ami plus que prudent et Dalio, délectable en « fourgue » immonde comme lui seul savait l’être.

« CLASSE TOUS RISQUES » est – ne craignons pas les superlatifs – une pierre blanche du cinéma policier hexagonal, un film à la fois adulte et populaire, qui ne cherche jamais à capitaliser sur le folklore habituel du film de gangsters, ni sur le pittoresque d’un langage à la Audiard. Il montre le hors-la-loi tel qu'il est, sa triste existence sans enjolivure.

Quand à la fin, Abel Davos disparaît dans la foule, silhouette anonyme et grise, on a compris qu'il est déjà mort. Et c'est presque un soulagement… Grand polar, oui. Mais pas seulement : grand film tout court !

Partager cet article

Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS-CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

Marc Provencher 25/10/2012 15:24

« ...la sous-intrigue de Jean-Paul Belmondo avec l’apprenti-comédienne Sandra Milo ne sert strictement à rien et n’est manifestement là que pour satisfaire la coproduction. Mais cela ne gêne pas
vraiment et ne pollue jamais le récit. »

Heureusement pour Jay Walk qu'il le précise à la fin, car Sandra Milo n'a jamais rien pollué, ah mais ! Qu'on se le dise !

Fred Jay Walk 25/10/2012 18:26



Bien sûr, Marc. C'est d'ailleurs connu : Sandra ne pollue pas ! Ne t'énerve pas, surtout...



Val 25/10/2012 14:48

Fred, tu as raison au sujet de "Classe tous risques" : grand film Noir français.

Fred Jay Walk 25/10/2012 18:26



Eeeeeeeeeeeeeh oui !



VAL 06/08/2012 21:19

Le seul film de JCVD que j'ai vu dans ma vie, c'est..."JCVD" ! et j'ai aimé ! Alors je vais faire un post à ce sujet, promis !

Mais j'ai aussi préparé un post avec une photo de Chuck Norris : je boirai ma cigüe :(

elborak69 06/08/2012 21:05

VAL, fais-nous une présentation d'un film de Jean-Claude Van Damne ! Ou mieux encore, de cet acteur fantastique !

VAL 06/08/2012 20:16

Moi, je n'ai aucun moyen de marquer ma contrition.

Un mois sans WWW, peut-être ? Ou je fais un post sur Chuck Norris sur Ana'Blog ? J'ignore laquelle de ces deux punitions est la pire...:-(

lemmy 06/08/2012 19:41

Tu es bon. Ne te transforme pas en Chuck Norris !

lemmy 06/08/2012 19:07

Bon, je le vois dans la semaine ou la semaine prochaine. Je ne veux pas être pendu par les tripes à un ventilateur de plafond. Et ce sera un plaisir de découvrir un Belmondo/Ventura. Ce n'est pas
tous les jours que ça arrive.

Fred Jay Walk 06/08/2012 19:27



C'est bien, Lemmy... Je sens que ma tension baisse progressivement...



Dino Barran 06/08/2012 16:17

VAL, Lemmy, je reste sans voix. Rome n'est plus dans Rome.
Cher Fred, ma vision de CLASSE TOUS RISQUES remonte à plusieurs... décennies. Ceci explique peut-être cela. Peut-être aussi attendais-je mieux de l'alliance Ventura-Belmondo-Sautet-Giovanni...

Fred Jay Walk 06/08/2012 18:56



Une nouvelle vision te fera certainement changer d'avis.



VAL 06/08/2012 12:23

Ho,la,la...Si Lemmy a honte de ne pas avoir vu "Classe tout risque", que devrais-je dire, moi ? Je ne connais aucun film du Belmondo des années 50/60 !!

Bon, ben, je publie ce commentaire et je vais m'enterrer profondément au fond de mon jardin...

:-(((

Fred Jay Walk 06/08/2012 12:27



QUOI ??? Mais... Mais... Mais... VAL ????



lemmy 05/08/2012 21:36

La nouvelle du retour de Belmondo a égayé ma journée. De savoir que Charles Gérard, Maccione et Dubosc seront de la partie m'a surpris... J'ai l'impression que c'est la suite de "L'aventure c'est
l'aventure" dont Leloulch parle depuis un moment qui est en train de se faire. J'attends ce film, fanatique que je suis. Et je me réjouis qu'un Belmondo, même diminué, ait toujours son élan vital
!

En attendant, je n'ai jamsu vu "Classe tous risques" même si j'ai le dvd... Honte et excréments sur moi...

Fred Jay Walk 06/08/2012 08:40



Mais... Mais, enfin... LEMMY



Dino Barran 05/08/2012 19:12

Peu importe mon avis sur ce film, c'était une excellente idée de le chroniquer, cher Fred. Ne serait-ce qu'en tant que témoignage sur l'âge d'or du film noir français.
Je me méfie de l'esbroufe de Lelouch qui annonce des projets sans avoir le premier liard pour le financer. Mais Bébel mérite mieux qu'UN HOMME ET SON CHIEN, film respectable mais légèrement
déprimant.

Fred Jay Walk 05/08/2012 20:22



Ton avis est intéressant, car tu es vraiment un des rares à ne pas apprécier ce film. L'as-tu revu récemment ?



DANIEL 05/08/2012 17:42

Et bien moi j y crois!Peut etre pas a la qualité du film mais a une bonne prestation de Belmondo d autant plus que Lelouch l a toujours magnifié dans les films qu ils ont fait ensemble...Huster est
un réalisateur venu d une planète inconnue,on raconte qu il aurait rencontré le Petit Prince alors,la tete pleine d étoiles,il a décidé de faire un film avec Belmondo mais ou on remarquerait a
chaque plan la patte de Francis et a invité a jouer tous les acteurs fans de Bebel de facon a ce qu ils puissent voir la bete de très près...alors Francis était heureux,oui il a fait un chef d
oeuvre du cinéma(du meme niveau que celui de Henri-Levy pour Delon)et peu importe que des paiens salissent son travail d orfèvre,le Petit Prince était aussi un incompris,tout comme Jésus,tout comme
E.T..c est Francis,tel un prophète qui a fait renaitre Bebel de ses cendres pour le plus grand malheur du public et de des fans du grand Belmondo!Hors plaisanterie,Lelouch n est pas Huster et ca
change tout au point que ce n est pas un film mais trois que le réalisateur a prévu de faire avec la star!!D ailleurs alléché par le retour de Belmondo au cinéma,Alain Delon a fait savoir qu il
cherche du travail;il en a profité pour se demander pourquoi on n a pas pensé a lui pour le role de Cluzet dans "Intouchables"?Il ferait mieux de se demander pourquoi on ne pense pas a lui tout
court!Je critique mais j aime Delon et Belmondo et je reve,pour eux,d une fin de carrière a la manière de certaines stars américaines(Newman par exemple)car ils le méritent amplement...

Fred Jay Walk 05/08/2012 18:31



Quand on voit à quel âge sont morts des géants comme Gabin, Wayne, Fonda, ce serait presque considéré comme la pleine force de l'âge aujourd'hui !


La durée de vie a changé, la perception de la vieillesse aussi. Je crois que des acteurs comme Hackman, Connery, Nimoy ou O'Toole ont raison d'annoncer leur retraite avant d'abimer leur image.


Je ne sais pas ce que donneront nos deux stars françaises dans leurs prochains films, mais l'un et l'autre ont souvent parlé de ce fameux "match de trop". Pourvu qu'il ne le fassent pas...



elborak 05/08/2012 11:10

Je suis malheureusement de ton avis VAL, mais je ne résisterai pas à l'envie de mon voir un de mes acteurs fétiches au cinéma, même si je m'attends fortement à être déçu.

Mais bon, quels merveilleux souvenirs d'enfance que cet acteur ! Merci Papa !

VAL 05/08/2012 11:05

Je pense que le retour de Belmondo devant les caméras n'est pas une si bonne nouvelle que cela.
Moi, j'adore l'acteur casse-cou des années 70/80, et le voir ainsi diminué me fait mal au coeur...
Surtout que, selon Lelouch, "Bébél" va avoir une scène de "cascade" (je mets les guillemets)...Je ne sais pas comment l'exprimer, mais j'ai l'impression qu'on "tire sur la corde"...
Je tiens à préciser que je n'ai pas vu "Un homme et son chien", horriffiée par les extraits du film.

Bon, je sais, je donne l'impression de dire "A la retraite Belmondo", mais je vous assure que ce n'est pas le cas : je voudrais le revoir dans un bon film. A Lelouch de faire ce qu'il faut pour.

elborak 05/08/2012 10:36

Mon Dieu, un nouveau film avec mon idole !!!
Et il n'aura pas de mal à être plus enthousiasmant qu'"un homme et son chien".

Sinon, merci Fred pour ce post sur ce film qui mérite largement sa place dans ton blog, avec deux acteurs cultes du cinéma français qui malheureusement pour nous n'ont pas eu de dignes successeurs
!!!

DANIEL 04/08/2012 21:52

Je profite aussi de ce post pour annoncer le grand retout de Jean Paul Belmondo au cinéma!Celui ci devrait avoir le role principal du prochain Lelouch...ça devrait nous faire oublier son dernier
film et nous laisser sur une meilleure impression puisqu il parait qu il est en meilleure forme que pour le tournage de "L homme et son chien"!En tous cas une bonne nouvelle pour les cinéphiles..

DANIEL 04/08/2012 20:51

Totalement d accord avec Fred!Un authentique chef d oeuvre,la composition sobre de Belmondo,la véritable performance de Ventura(la scène ou il revoit,de loin,ses enfants en sachant que c est la
dernière fois m a particulièrement ému),une histoire menée parfaitement et des seconds roles grandioses.Bref,un film qui pourrait etre classé loin devant certains classiques américains;je suis
tellement fan que je ne peux pas etre objectif et moi aussi je regarde ce classique régulièrement..Quelle formidable idée que ce post...merci!Le plus étonnant c est que je l ai découvert
tardivement et ça n a pas pris une ride..A montrer dans les cours de cinéma..surtout francais!!

Fred Jay Walk 04/08/2012 21:55



Dans un livre d'entretiens, Sautet avoue qu'il ignorait la véritable identité d'Abel Danos (pas Davos) et son passé sulfureux, sinon il n'aurait pas fait le film. Même chose pour Ventura, qui
pensait que c'était un simple "droit commun".


 


Le film fait l'impasse sur les raisons de la fuite du personnage et on peut tout à fait penser qu'il a fui à cause de ses braquages de banques et c'est très bien comme ça.



Dino Barran 04/08/2012 18:13

Oserai-je le dire ? Je n'ai pas vraiment été enthousiasmé par ce film.
Sautet cherchait sa voie après une comédie complètement ratée et avant un film d'aventures un peu laborieux, mais non dénué de charme "exotique" (L'ARME À GAUCHE). Ce début de carrière qu'il jugea
décourageant fut suivi d'un silence de cinq ans avant qu'il ne trouve sa voie avec LES CHOSES DE LA VIE et les excellents films qui suivirent.
Je me demande si l'adaptation du bouquin de Giovanni, fondé sur la fin de carrière de l'antipathique truand Abel Danos (authentique salopard qui fit notamment un stage rue Lauriston), était une
bonne idée. Tu le dis, cher Fred, on n'a pas vraiment d'empathie avec le personnage, en dépit de l'interprétation de Lino, acteur qui suscitait habituellement la sympathie.
Alors que Gu, dans LE DEUXIÈME SOUFFLE, suscitait la compassion malgré ses travers. Une question de classe sans doute.
Donc pour moi un film très inférieur aux quatre classiques noirs de Melville, au GRISBI, à RAZZIA SUR LA CHNOUF et peut-être même au RIFIFI CHEZ LES HOMMES.

Fred Jay Walk 04/08/2012 19:32



Ah ? Alors là, ta "tiédeur" vis à vis de ce film m'étonne, cher Dino !


 


Pour moi, c'est vraiment un sommet du genre, que je revois régulièrement. J'adore Melville, mais ses films ont davantage vieilli que celui-ci (à mon sens). Et Ventura a rarement été plus juste,
parce que cette fois, son truand est un vrai truand, ni aimable, ni "au coeur d'or", ni rien... Juste un salopard entouré de plus infâmes salopards encore.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens