Mardi 31 juillet 2012 2 31 /07 /Juil /2012 09:20

À la fin de la WW2 est apparue à Hollywood une nouvelle catégorie d’acteurs, dont le physique défiait tous les canons de l’époque et dont la personnalité échappait à tout ripolinage factice. Souvent vétérans des zones de combat, marqués par la violence, hantés par des démons qui les poursuivront toute leur vie, ces hommes affichaient des visages marqués avant l’âge, un style de jeu qui ne devait rien aux cours ou au théâtre, ils trimbalaient leur passé dans leur sillage et changèrent peu à peu l’ordre établi.

Charles Bronson fut un de ceux-là. Et c'est celui qui connut la carrière la plus étonnante et l’iconisation la plus durable. Il n’était pourtant pas – en toute objectivité – le meilleur comédien du lot, ni le plus versatile. Lee Marvin ou Jack Palance pouvaient aisément lui disputer le titre. Il n’était certes pas le plus grand par la taille et son visage creusé, ses grandes oreilles et son implantation de cheveux n’évoquaient certes pas Errol Flynn. Alors pourquoi ?

CB TORSE (1)

C'est très simple : Charles Bronson fut un des premiers acteurs américains à miser sur le muscle comme atout commercial. Alors que Stallone, Schwarzenegger étaient en culottes courtes, il fréquentait déjà les salles de gym pour se sculpter un corps d’athlète dont il allait tirer grandement parti au fil des ans. De fait, on ne compte plus les films – même ceux de ses débuts, même ses téléfilms – où il ôte sa chemise de façon plus ou moins justifiée, pour exposer ces biceps hypertrophiés, ces abdos en tablette de chocolat, ces épaules d’haltérophile.

CB TORSE (2)

Dans « BIG HOUSE U.S.A. », il passe le film sans chemise à lire des revues de culturisme. Dans « L’AIGLE SOLITAIRE » ou « DE LA PART DES COPAINS », ses biceps sont les véritables stars du film, Samuel Fuller vanta son « physique extraordinaire » après l’avoir dirigé dans « LE JUGEMENT DES FLÈCHES »,  dans « ADIEU L’AMI » et « LES COLLINES DE LA TERREUR », il passe les trois-quarts du film « torse-poil », sans parler du « BAGARREUR » qu'il tourna à l’âge de 54 ans, etc.

CB TORSE

Si aujourd'hui, le moindre Tom Cruise, Will Smith ou Matthew McConaughey surexpose complaisamment une musculature acquise dans de luxueuses salles hollywoodiennes, à l’aide de coaches surpayés, ils doivent tous quelque chose à l’ex-Charley Buchinsky qui avait compris très tôt (comme le confirme la bio de sa première épouse), qu'il allait devoir compenser ses « manques » par un petit quelque chose en plus.

Bronson apparaît torse nu dès son tout premier film en 1951 et renfilera définitivement sa chemise après un plan fugace dans « CABO BLANCO » en 1979. Dans « LE JUSTICIER DE NEW YORK », on le voit finir de renfiler son pull…

La grande époque du biceps conquérant était déjà manifestement terminée.

CB TORSO2

Par Fred Jay Walk - Publié dans : BRONSON & MARVIN ARCHIVES
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Catégories

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés