Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 08:44

« BRIGHTON ROCK » est adapté d’un roman de Graham Greene, déjà tourné en 1947 sous le titre « LE GANG DES TUEURS », offrant le rôle de sa vie à Richard Attenborough.

Situé en 1964 à Brighton Beach, ce film évoque au premier abord une sorte de « SCARFACE » à l’Anglaise. Délibérément étrange et décalé, « BRIGHTON ROCK » est extrêmement soigné au niveau du cadre et de la photo, l’ambiance volontiers onirique est renforcée par une musique omniprésente et enveloppante qui donne la sensation d’un cauchemar ouaté et lancinant.

BRIGHTON ROCK

C'est surtout magnifiquement interprété par le jeune couple formé par Sam Riley (sorte de sosie british de Leonardo DiCaprio), remarquable en petit caïd névrosé et Andrea Riseborough en « pauvre fille » folle d’amour, malmenée par la vie. Ils incarnent à merveille ce couple mal assorti mais quelque part semblable d’êtres primitifs et incultes, dépassés par les évènements et par leurs propres sentiments. À leurs côtés, le gratin des acteurs UK : Helen Mirren une fois encore superbe en protectrice généreuse qui porte sa vie sur son visage, John Hurt toujours plus décadent et drôle et Andy Serkis très bien en mafioso précieux.

En tournant le dos à un traitement réaliste et cru de son scénario, en stylisant à l’extrême, le réalisateur s’est privé d’un public amateur de films de gangsters ultra-violents, mais a posé sa griffe et fait de ce remake une œuvre insolite et assez envoûtante. Certains plans des quais et de la plage à l’aube ou au crépuscule évoquent des toiles de maîtres. Quant à l'épilogue, il frise le sublime...

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS D'HELEN MIRREN
commenter cet article

commentaires

Marc Provencher 08/10/2011 23:34


Eh non, toujours pas.

Et pire encore : dans la série "romans noirs et thrillers" auxquels appartient 'Brighton Rock', je n'ai toujours pas vu 'This Gun for Hire', 1942 (d'après 'Tueur à gages' qui est un puissant
'noir') ni 'Confidential Agent', 1946 (avec Lauren Bacall !!) ni 'The Man Within', 1947 (avec Sir Michael Redgrave, le papa de Vanessa).

Par contre j'ai vu 'The Ministry of Fear' (1942) un Fritz Lang passable adapté d'un roman passable (dans un cas comme dans l'autre, il s'agit d'une oeuvre de circonstance qui fait partie de
l'effort de guerre...)

Et du côté des romans "tout court" (ceux qui ne sont pas "de genre"), je n'ai jamais vu la première version de 'The End of the Affair' (avec Deborah Kerr !!), je brûle de voir enfin 'Le Fond du
problème' (1954)_avec Trevor Howard qui me semble le casting idéal pour le major Scobie, je regrette beaucoup d'avoir vu 'The Fugitive' de John Ford d'après 'La Puissance et la gloire', je me
félicite d'avoir vu 'The Fallen Idol', grand film de Carol Reed, je m'estime heureux de ne pas avoir vu 'Le Consul honoraire' (Richard Gere pour jouer le docteur Plarr !? qui m'a foutu ce casting
!?) et je dois me retenir pour ne pas revoir les adaptations décevantes des 'Comédiens' et du 'Facteur humain' (pour moi son meilleur roman). Enfin, je continue d'être stupéfait que 'La Saison des
pluies' n'ait JAMAIS été porté à l'écran. Comment est-ce possible !?

Enfin, après 'The Human Factor' qui est une manière de sommet concentré du roman 'à la Graham Greene', plus dépoli et en sourdine que jamais, l'auteur change curieusement de style, comme s'il
comprenait qu'il ne peut pas aller plus loin dans son sillon. Cela donnera par exemple la fable morale 'Dr. Fisher de Genève'... dont je rêve de voir l'adaptation en téléfilm avec James Mason et
Alan Bates !

Enfin, côté humour (car il en avait aussi), je me suis bien amusé avec 'Notre agent à la Havane' (1958) et 'Voyages avec ma tante' (1975).


Marc Provencher 07/10/2011 18:16


Après la réussite de 'La Fin d'une liaison' et d''Un Américain bien tranquille' dans les années 2000, le fan fini en moi s'exclamait : "Ah, vous voyez bien que le Greene paie !" Quelque part entre
Simenon et Moravia, les romans de l'écrivain anglais (mais ô combien international) Graham Greene contituent un sacré réservoir d'histoires fortes et de personnages sacrément campés.

Évidemment, on peut aussi rater ou semi-rater la transposition d'un Greene (sur WWW même, voire respectivement 'Le Consul honoraire' et 'Les Comédiens'). Mais quand ça marche, c'est vraiment
quelque chose. Je ne suis pas près d'oublier Michael Caine dans 'Un Américain bien tranquille', tellement il était à sa place dans cet univers.

Je n'ai pas vu encore cette nouvelle adaptation de 'Brighton Rock' que déjà, je veux qu'on m'en fasse d'autres ! Et comme nous sommes sur un blog consacré au western, il y a même un Greene qui s'en
rapproche : 'La Puissance et la gloire', situé pendant la seconde révolution mexicaine (celle de 1937), et dont l'adaptation par John Ford fut une vraie trahison (car Graham Greene, lui, ne choisit
JAMAIS la légende, toujours la dure et amère réalité).


Fred Jay Walk 07/10/2011 19:25



"Et comme nous sommes sur un blog consacré au western, il y a même un Greene qui s'en rapproche"


On oublie que "WWW" a effectivement commencé comme un blog exclusivement westernien. Il a bien changé, maintenant... L'Ouest s'est propagé
aux autres points cardinaux !


 


Cher Marc, as-tu la première version de "BRIGHTON ROCK" ? Il a bonne réputation... 



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens