Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 15:00

BRANLEBAS CASINO (1)Quand le jeune trentenaire Steve McQueen tourna « BRANLE-BAS AU CASINO », il sortait à peine des trois années de « AU NOM DE LOI » et venait de tourner « LES 7 MERCENAIRES ». Autrement dit, il était en passe de devenir une star très ‘hot’. C'est BRANLEBAS CASINOpourquoi le choix de cette comédie peut sembler incompréhensible.

Le scénario, une arnaque au casino opérée par des marins qui détournent l’ordinateur de leur navire, aurait parfaitement pu donner lieu à un « AU THÉÂTRE CE SOIR » : unité de lieu et d’action, quiproquos en pagaïe,BRANLEBAS CASINO (3) portes qui claquent, vaisselle cassée, riches héritières, etc. On est dans la grande tradition du Boulevard pas bien subtil. Un exercice dans lequel tout le monde n’est pas forcément à l’aise. C'est le cas de McQueen qui n’a jamais été un ‘king of comedy’ et écope d’un personnage à la Tony Curtis d’officier débrouillard, filou et séducteur. Très mal dirigé, l’acteur grimace, virevolte, laisse déraper sa voix dans les aigus et roule des yeux globuleux. Il n’est pas mauvais à proprement parler, juste pas DU TOUT à sa place.

Le réalisateur l’a entouré de comédiens plus accoutumés à ce genre d’humour ‘sitcom’ : ainsi Paula Prentiss est-elle délectable en riche héritière myope comme une taupe mais très sexy et Dean Jagger se montre-t-il excellent en amiral constamment outragé. Le numéro incongru de Jack Weston qui apparaît dans deux longues séquences en marin ivrogne qui « voit des Martiens » déséquilibre gravement le film tout entier.

BRANLEBAS CASINO (2)

Avec sa réalisation d’une absolue platitude, sa photo suréclairée, ses décors de studio et ses pauvres plans d’extérieurs de Venise, « BRANLE-BAS AU CASINO » n’est visible aujourd'hui que par la présence de Steve McQueen, même s’il n’est franchement pas à son meilleur. C'est un document intéressant, prouvant qu'il n’a pas trouvé tout de suite sa place dans le star system hollywoodien et a dû tâtonner avant de s’imposer en icône du film d’action.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE STEVE McQUEEN
commenter cet article

commentaires

cincinnati 29/06/2016 16:33

l'Acteur,Steve Mcqueen avait là classe ,était naturel dans les films .
s'était le grand Steve Mcqueen, celui qui à était abandonnez par son Père. Qui na point connu ,mais reconnu par son non ,qui est Mcqueen.Un grand merci ,pour tous cet films ! que là paix soie avec luis éternellement

zwierzynski 31/10/2015 13:13

merci pour ce steve mcqueen le geant

daniel 04/07/2011 17:41


Mcqueen lui meme était horrifié par sa prestation et c est assez surprenant qu il ait accepté ce role dans un film de série b dont le genre était populaire dans les années 60..Lui qui jugeait "Le
Blob" comme le plus grand navet qu il n ait jamais fait n en a pas tiré les lecons qui s imposaient puisqu on le revoit plus tard dans un role surprenant dans "La dernière bagarre" et encore plus
tard dans "The Reivers" une comédie ou il accusa Mark Rydell de l avoir ridiculiser après le montage du film.En fait,Steve Mcqueen a toujours été bon dans les roles en profondeur et lorsque ce n
était pas le cas il était en roue libre pour des résultats peu convaincants.Mais on regarde...c est Steve Mcqueen.


Fred Jay Walk 04/07/2011 18:33



Eh oui. Et il a si peu tourné, qu'on aurait du mal à faire la fine gueule !



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens