Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 20:13

AGUIRREFilm à petit budget, initialement conçu pour la télé allemande, « AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU » s’est peu à peu imposé comme un vrai classique du 7ème Art.

AGUIRRE (1)Œuvre hallucinée et cauchemar éveillé, c'est une parabole sur le pouvoir qui transforme les hommes en pantins grotesques, inconscients de leur inanité. Perdus dans la forêt vierge, condamnés à mourir à brève échéance, les « conquistadores » continuent de s’entretuer, de légiférer, ils font des procès, nomment des empereurs, sous l’œil atterré des Indiens devenus leurs esclaves.

On a beaucoup parlé au sujet de « AGUIRRE » d’un parallèle avec l’Allemagne nazie et assimilé Lope de Aguirre lui-même à Hitler. Ce n’est pas faux, mais le propos de Werner Herzog est plus large et son ironie féroce embrasse toute l’Histoire des conquêtes humaines.

Malgré sa courte durée, c'est une épopée à la lenteur hypnotisante, à l’immobilité léthargique. Herzog a tourné son film comme une sorte de reportage dans le passé, ponctué par la voix ‘off’ d’un prêtre lisant son journal, seul témoin de cette aventure. Journal qui n’a évidemment jamais existé. Sous un ciel de craie, au cœur d’une jungle suffocante, dans l’humidité poisseuse d’un fleuve brunâtre qui s’écoule vers nulle part, ces hommes dérisoires, minuscules, s’enfoncent lentement vers la mort et l’oubli.AGUIRRE (3)

La BO signée Popol Vuh, mixée aux cris d’oiseaux et aux hurlements des singes, est pour beaucoup dans l’envoûtement total que provoque « AGUIRRE » et Klaus Kinski fait le reste. L’acteur était né pour incarner ce dictateur absurde, bancal, cruel et narcissique tellement perdu dans ses chimères de gloire, qu'il ignore la catastrophe au-dessus de sa tête. Quand il n’a plus personne à opprimer, il s’empare d’un macaque auquel il déclame ses délires mégalomanes. Jamais Kinski n’a été aussi bien employé, aussi adéquat, aussi parfaitement fou furieux. Son tandem difficile avec Herzog tenta par quatre fois de reproduire le miracle de « AGUIRRE » sans jamais approcher du but. Les comédiens amateurs ou non, sont tous parfaitement à leur place, avec une mention au réalisateur Ruy Guerra jouant le chef déchu au silence mortifère et Helena Rojo dans le rôle de sa femme, qui préfèrera la sauvagerie de la jungle à celle de ses semblables.

N’obéissant à aucune règle du film historique, du cinéma d’aventures, encore moins aux schémas classiques du scénario traditionnel, « AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU » est une expérience indélébile que chaque revision ne fait qu’enrichir.

AGUIRRE (2)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS-CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

daniel 18/11/2011 18:02

Vous me faites peur!!!Je suis invité a aller voir "Les petits mouchoirs" de Canet très prochainement alors vous m inquietez sérieusement..d autant plus qu il parait que ce film est long alors du
coup je me demande si je ne vais pas me porter pale!!!Sinon;c est vraiment nul????

VAL 18/11/2011 11:25

Ah, ouai : Cannet qui regarderait 100 Kinski manger des yaourts pendant que 100 Bronson iraient flinguer des vampires adolescents...délicieux mélange des genres...jouissif !!!

lemmy 18/11/2011 11:06

Oui, on pourrait prendre des Kinski et des Bronson pour jouer dans les films de trentenaires/quarantenaires dépressifs de Guillaume Canet.

VAL 18/11/2011 08:19


Ouai, pourquoi pas ? Mmmmmmm...des centaines de Charles Bronson torse nu qui dansent le french-cancan...

Houlà, où je vais, moi, je part en vrille ?!

Désolée, Fred, là je croit que je vais prendre mon petit-déj, la faim me fait délirer !!!


VAL 18/11/2011 07:05


Je me demande si je ne devrais pas me lancer dans le clonage de Charles Bronson, moi...


FJW 18/11/2011 08:07



Il ne te reste plus quà trouver des morceaux d'ambre avec des moustiques fossilisés à l'intérieur, ayant sucé le sang de Charley... Un petit aller simple pour L.A. ?



lemmy 17/11/2011 22:27


En fait, fred cotise pour cloner des milliers de Kinski tout droit sortis du film "Paganini". 2012 approche...


Fred Jay Walk 18/11/2011 08:09



Aaaah ! 125 Klaus jouant du violon sous l'Arc de triomphe !!!



VAL 17/11/2011 09:35


Fred, je viens de réaliser : "Aguirre, la colère de dieu" peut aussi être vu comme une mise en garde contre...les dérives sectaires, non ?...


Fred Jay Walk 17/11/2011 11:32



Ah ? Hmmm... Tu crois ? 



VAL 17/11/2011 08:17


OK, je sort le chéquier...et après, tu nous fera monter dans ta soucoupe volante pour retrouver ces dieux du cinéma ? J'arrive !!!


Fred Jay Walk 17/11/2011 08:35



Et voilà le travail ! Je vais m'acheter une grande djallabah blanche avec des dorures et me laisser pousser une longue barbe... Et tant qu'à faire, élever ma propre statude à côté de Lee et
Charley.


Je serai bientôt... MAÎTRE DU MONDE !!!



VAL 17/11/2011 07:16


Lemmy : "Fred ne serait-il pas un grand gourou ?" : tant qu'il ne nous demande pas d'argent pour construire des statues géantes de Marvin et Bronson ;-)

Fred sait en tout cas nous donner vraiment envie de découvrir le cinéma, sans nous imposer ses points de vue de manière docte et ennuyeuse, et le tout saupoudré d'un humour jamais méchant (je vais
encore le faire rougir...)


Fred Jay Walk 17/11/2011 07:35



 "tant qu'il ne nous demande pas d'argent pour construire des statues géantes de Marvin et Bronson ;-)"

Euh... Justement... Puisque tu mets le sujet sur le tapis...



VAL 17/11/2011 07:03


Ouf, je suis rassurée, Fred. Ma bécane doit être un peu lente, c'est tout.
Lemmy, vu la qualité des films que je découvre, je ne peux qu'aller vers le haut...
Daniel, moi aussi j'avais des préjugés sur Kinski, dû principalement à ce que j'avais lu sur lui ; comme quoi, il faut toujours verifier par soi-même au lieu de se contenter des on-dits.


lemmy 17/11/2011 00:59


Continue vers la lumière, Val, tu es en bon chemin (quant à savoir si c'est une descente ou une montée vers les hauteurs, ça...). Fred ne serait-il pas un grand gourou ?

Et "Aguirre" est un de mes plus grands chocs cinématographiques. Kinski y est d'une grande sobriété, même si son personnage se perd de plus en plus dans l'abîme. Fascinant.


daniel 17/11/2011 00:01


D ailleurs vu ton com sur "Aguirre,la colère de Dieu",et malgré mon appréhension a voir un film avec Kinski,j ai bien envie de succomber d autant plus que le post de Fred est alléchant et que le
sujet du film m interesse..mais bon,Kinski...!


Fred Jay Walk 17/11/2011 07:22



Succombe !



daniel 16/11/2011 23:54


Pas de soucis,je suis en train de te lire,Val.


VAL 16/11/2011 22:58


Allo, Houston, j'ai un problème : j'ai l'impression que mes messages mettent des plombes à parvenir sur WWW, en tout cas, ils prennent un temps fou à s'afficher sur mon écran, ça donne la
désagréable impression que je suis lente à réagir à vos commentaires...vous les reçevez normalement, vous ? Est-ce que ça vient de mon ordinateur ?


VAL 16/11/2011 22:11


Steven Seagal ? Peut-être...juste après Chuck Norris...


lemmy 16/11/2011 21:34


Steven Seagal est-il en ligne de mire ? ;-)


FJW 16/11/2011 21:36



Ne viens pas perturber Val dans son long chemin vers la lumière !!!



VAL 16/11/2011 21:11


J'ai déjà fait un tour du côté du grand Gary, mais je vais approfondir...je songe aussi sérieusement à Henry Fonda.
Et ce n'est pas fini...


VAL 16/11/2011 20:35


Il me reste à affiner ma connaissance avec le "théma" d'Arte dimanche et je serais au point.

Après Peckinpah, après le "duo infernal" Herzog-Kinski, quel sera ma prochaine découverte ?


Fred Jay Walk 16/11/2011 20:53



Où en es-tu de tes connaissances garycoopériennes ? Tu trouveras un guide conséquent sur "WWW".



VAL 16/11/2011 12:52


Et...le voilà, mon commentaire tout frais, tout chaud sur "Aguirre" :
Je commencerais en disant qu'il faut voir ce film au moins une fois dans sa vie.
Ensuite, je doit avouer que j'ai été déstabilisée (au début, du moins) par le choix de Jean Toppard pour la vf du prètre : c'est la voix off du DA "Les mystérieuses cités d'or"...curieux
téléscopage.
Ce film est lent...mais j'ai vite réalisé que cette lenteur servait le propos d'Herzog : la descente aux enfers d'un groupe humain, perdu dans un environnement hostile, écrasant, devait se faire
lentement...
Ces conquistadores, imbus de leurs propre supériorité sur les autres peuples, égoïstes et plus sauvages que les "sauvages" qu'ils sont censés évangélisés, finissent par recréer au fond de la jungle
la seule société qu'ils connaissent, faite de castes, de jalousie, de meurtres.
Et puis le regard de plus en plus alluciné de Kinski, au fur et a mesure qu'Aguirre perd la tête : comment ai-je pû passée à côté d'un tel acteur ? Je comprends pourquoi il est adoré sur ce
blog...
Oui, cent fois oui, j'ai aimé ce film. J'ai aimé la préstation de Kinski...et tu sais quoi, Fred ? Je n'ai pas du tout une brusque envie de manger du yaourt à la fraise...ou du bois !!!
Bon film, très bon film, et la dernière image me restera longtemps en mémoire...


Fred Jay Walk 16/11/2011 19:19



Je le savais. Bienvenue au club.



daniel 10/11/2011 17:42


Je n ai vu cet acteur que dans "Mort d un pourri" ou il était très bon d ailleurs mais ses prestations dans différentes émissions télés m ont dissuadés de le voir sur grand écran.Je pense d
ailleurs qu il est probablement le vrai père de Norman Bates avec le coté sympathique d Hannibal Lecter mais je ferais comme Val et suivrait au moins le doc sur Arte pour en savoir plus..


Fred Jay Walk 10/11/2011 20:14



KK est fou mais tellement plus marrant que Guillaume Canet (au hasard)...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens