Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 06:07

CB SARTANAÀ la suite de la sortie d’un coffret DVD allemand illustré par un photomontage évocateur, « WWW » s’est demandé ce qui se serait passé si Charles Bronson, après avoir tourné « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » en 1968, avait choisi la même voie que son compatriote Lee Van Cleef et s’il avait décidé de capitaliser sur son succès dans le western européen en demeurant en Italie.

Ainsi, cette affiche de « ADDIO, SARTANA ! », concoctée par votre blog préféré n’est pas vraiment un « fake » un « hoax », que sais-je encore… Non, c'est un authentique ‘spaghetti western’ tourné dans la foulée du Leone, à Almeria et dans lequel Bronson incarne le justicier ‘Sartana’ en lieu et place de Gianni Garko.

Ne vous y trompez pas, amigos, ce film existe bel et bien ! On peut le visionner à loisir, il va même sortir en Blu-ray incessamment dans sa version intégrale réclamée par les fans depuis bien longtemps. Le seul petit problème, c'est qu'il n’est disponible que dans un univers parallèle, pas très facile d’accès. Un monde alternatif où Bronson n’aurait pas accepté le scénario du « PASSAGER DE LA PLUIE », où il ne serait jamais rentré aux U.S.A. pour tourner avec Michael Winner.

Il ne reste qu’à en trouver la porte d’entrée…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article

commentaires

Evy 08/12/2014 19:51

Moi je veux voir "La Horde sauvage" avec Bronson à la place de Borgnine. Ce qui a d'ailleurs entrainé une légère réécriture du scénario. Charley refusant de laisser Angel aux mains de Mapache,
disant "moi je suis un homme, un vrai", le final, dans lequel les deux hommes ont la vie sauve (Charley refusant de mourir dans ses films) se termine par un bain de sang inouï. Enthousiasmé par la
performance de Charley, Peckinpah l'a ensuite embauché dans tous ses films. Retenons en particulier "Croix de fer", où il dû remplacer James Coburn au pied levé deux jours avant le début du
tournage.

Marc Provencher 14/04/2013 01:17

« Je pense, cher Marc, que tu as commis une petite erreur. Tu voulais certainement dire 50.000 $ pour ta photo. »

En effet ! Heureusement que tu es là pour déceler mes coquilles. Mais les lecteurs auront rectifié d'eux-mêmes, bien sûr, car qui songerait à payer seulement 5 000 dollars pour une photo dédicacée
de celui qu'on surnomme parfois "le quatrième Sergio" ?

Seulement, il n'y a pas que l'argent dans la vie. Crois-le ou non, je DONNERAIS n'importe quand cette photo si convoitée pour avoir ici même ne serait-ce qu'UN des westerns de Sergio Confuzione sur
DVD, voire sur VHS. Mais voilà, oeuvre maudite s'il en fut - au point que certains ont cru et croient encore au canular -, celle du grand Sergio Confuzione est entièrement empêtrée, comme tu le
sais, dans une querelle d'ayant-droits aussi byzantine qu'interminable, sans parler du cas fameux que tu sais. Navrant.

Sans exagérer, je serais preneur, même sur un tremblant VHS antédiluvien, non seulement de 'Ton cercueil...' et 'La chevauchée de nulle part' déjà mentionnés, mais même ses zapatas moins réputés
(et sans doute plus inégaux, mais surtout, surtout profondément incompris des critiques !) 'Les balles sifflent un air de Révolution', 'Dégainez les machettes et arrosez vos champs à la
nitroglycérine, amigos: on m'appelle Hosannah' (et en fait toute la série des Hosannah, même si elle s'enlise un peu à la longue).

Quant à 'Trois hommes armés', pour aborder, même si c'est douloureux, le cas fameux dont je parlais plus haut, évidemment je ne l'ai pas vu. Et qui peut se vanter de l'avoir vu ? Tu connais bien
sûr le fond de l'histoire, mais répétons-la quand même pour les lecteurs de WWW. Outré et enragé par les coupes sombres que les coproducteurs US voulaient infliger à son film (incluant la
postsynchronisation sauvage de certaines répliques jugées "trop pessimistes" (sic) !), Sergio Confuzione a disparu sans laisser de traces avec les seules bobines existantes. On ne peut que rêver,
hélas, de ce qu'il peut bien y avoir dans ce western, censé être le couronnement de l'oeuvre confuzienne, avec son casting de légende: enfin réunis, Tatsuya Nakadai, James Coburn et Gian-Maria
Volontè !

Fred Jay Walk 14/04/2013 08:07



Ne m'en parle pas ! Même les ouvrages parus à l'époque et consacrés à l'oeuvre maudite di dottore sont aujourd'hui introuvables.


A croire qu'ils n'ont jamais existé...... 



Marc Provencher 13/04/2013 00:02

« Je savais ami Marc, que tu saurais nous parler de l'oeuvre gigantesque mais méconnue de Sergio Confuzione. »

Eh bien, c'est pas pour me vanter ni rien, mais j'ai même déjà eu la chance de serrer en personne la main du maestro. On sait que les apparitions publiques de Confuzione ont toujours été
extrêmement rares : retiré qu'il était aux îles Lipari, bien sûr, à méditer et concevoir ses oeuvres phares, telles 'Ton cercueil ne sera pas assez grand pour nous deux, Providence !' (où Milian,
disons-le, est brillant dans le rôle central, même si on peut regretter la trop grande brièveté du rôle de Kinski en ex-psychanalyste usant de l'hypnose pour effectuer ses holdups) ou encore 'La
chevauchée de nulle part', avec sa célèbre séquence du passage à tabac entièrement en caméra subjective (mais seulement huit caméras furent brisées pour la tourner, et non quinze, encore une rumeur
gonflée par les fans). Or donc, les apparitions de Confuzione étant extrêmement rares, je vends la photo autographiée de ma rencontre inoubliable avec le sensei pour à peine 5 000 dollars U.S.
Évidemment aux purs étrangers je demande le double. (Au fait, ça donne combien, en euros ?)

Fred Jay Walk 13/04/2013 08:02



TU L'AS VU EN VRAI ???


 


Pour ce qui est de ton offre, je pense cher Marc que tu as commis une petite erreur. Tu voulais certainement dire 50.000 $ pour ta photo. Ou alors serais-tu inconscient de la popularité
croissante et planétaire du dottore Confuzione ?



Marc Provencher 12/04/2013 18:12

Enfin quelqu'un rend au cinéma du grand Confuzione, si longtemps tombé dans l'oubli, l'hommage vibrant qu'il méritait !

Fred Jay Walk 12/04/2013 18:17



Je savais ami Marc, que tu saurais nous parler de l'oeuvre gigantesque mais méconnue de Sergio Confuzione, à qui le cinéma italien et le cinéma tout court doivent tant.



Patrick 12/04/2013 15:25

Cette affiche fait rêver...

Fred Jay Walk 12/04/2013 19:38



Il y aura peut-être bientôt d'autres films "alternatifs" de ce genre, venus de cet univers parallèle bourré de films inédits.



Val 12/04/2013 14:03

Allons plus loin...Notre ami Bronson devient un acteur de spaghetti. Il rate le rendez-vous avec Winner sur "Chato's Land", par conséquent, pas de "Mechanic" (snif !) pas de "Death Wish" (ou alors
avec...Jack Lemmon)...

Puis il décide de finir sa carrière en France, avec des films de gangster genre "Lemmy Caution"...Moi, je le découvre à ce moment-là (enfin, le "moi" de ce monde parallèle, qui adore ses films-là).
Je visionne ses vieux films, je devient accros, je pleure sa disparition puis je fouille le Net et je tombe sur...un blog consacrés aux acteurs de spaghetti genre "Sartana"...

Heu...bon, là, je suis partie dans un délire. Mais les amis ont peut-être une autre version ? ;-)

En tout cas, mon cher Fred, c'est une excellente idée de post !

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens