Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 05:59

Après le surprenant « BONS BAISERS DE BRUGES », on attendait avec curiosité le retour de son réalisateur. Heureusement, « 7 PSYCHOPATHES » ne déçoit en aucune façon. Bien au contraire ! Si le film démarre comme une « tarantinerie » de plus avec ce que ça peut avoir de plaisant mais aussi d’irritant, sa seconde moitié dévie complètement et se met à s'adresser7 PSY directement au public en détricotant avec un culot inouï ce qu'il est en train de construire depuis les premières images.

L’exercice est périlleux parce qu’excessivement cérébral et parce qu'il risque de laisser une partie du public sur le carreau. Le personnage de Sam Rockwell est là pour rappeler que cela ne doit pas virer au « french movie » (des gens en train de causer, en gros !) et qu'il faut son lot de fusillades et de cadavres. Quant au scénariste campé par un Colin Farrell en bonne forme, on ne sait jamais à quel point tout ce qu’on est en train de voir n’est pas le mécanisme de création qui se met en branle quand il écrit et si tout ne se passe pas dans sa tête.

Miraculeusement, aucune prétention là-dedans, mais un plaisir de diriger les acteurs, un vrai sens du dialogue (certaines répliques et situations sont à mourir de rire) et un perpétuel slalom entre réalité, imaginaire, rêve et fantasme, qui laisse épuisé mais épaté.

Christopher Walken est génial en vieil escroc lessivé. Sa dernière scène est proprement anthologique (« I have a gun ! » le menace le gangster, « I don’t care », répond-il tranquillement) et on a droit à de brèves apparitions de Michael Pitt en ‘hitman’ et Harry Dean Stanton en Quaker flippant.

C'est un film compliqué et sinueux, qu'il ne faut pas trop raconter pour ne pas le déflorer et qu'il est beaucoup facile de regarder que d’en parler. À voir en tout cas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

commentaires

Kinskiklaus 11/06/2013 11:05

Une découverte sympathique que ce film qui ne ressemble à aucun autre au final. Gros point fort: son casting. Plaisir non feint que de retrouver Woody Harrelson, Harry Dean Stanton dans un petit
rôle, l'immense Christopher Walken entre autres. Colin Farrell est selon moi un acteur qui se bonifie avec le temps. Par le passé, il avait le don de m'énerver avec ses mimiques et sa belle gueule
mais dans SEPT PSYCHOPATHES, il est tout bonnement parfait même si ce film ne peut que fonctionner grâce à une alchimie parfaite entre les acteurs. La première partie de la bobine m'a un peu ennuyé
je dois avouer, mais alors, mais alors la seconde partie se déroulant dans le désert est purement jubilatoire, certains dialogues sont hilarants (je n'avais pas ri autant devant un film depuis un
bon moment) et j'ai remarqué que le réalisateur apprécie le comique de répétition tout comme il l'employait dans BONS BAISERS DE BRUGES avec des blagues au gout disons douteux. La blague récurrente
sur le problème d'alcoolisme de Colin Farrell me fait par exemple mourir de rire. Tout comme Fred donc (qui n'a pas spoilé), je vous conseille donc ce film qui sans être parfait est assurément un
très bon moment de cinéma. Le réalisateur Martin McDonagh est à suivre dans le futur, s'il continue dans sa voie, assurément on entendra parler davantage de lui dans quelques années.

lemmy 19/02/2013 22:26

Voilà, je voulais voir "Les 7 psychopathes", film qui quittera l'affiche demain dans ma ville, mais à la place je suis allé voir "Chantons sous la pluie"... Ouf. Comme je ne le regrette pas...

Mais demain, "Die Hard 5" sort... Je sais déjà que c'est une abomination. Résisterai-je ? Ou subirai-je les quolibets de Daniel jusqu'à la fin des temps si je vais le voir ?

Askel 02/02/2013 00:09

Je vois mal en quoi on peut comparer Tarantino avec Hawks ou la performance de Jackson avec les cabotinages de Kinski (il est en même temps une des multiples facettes de l'esclavagisme montré dans
le film : il est en effet une incarnation de l'Oncle Tom, mais seulement au début...). Il emprunte à beaucoup de réalisateurs, mais il ne filme pas "à la manière de". Que ce soit en 1944 ou en
1858, Tarantino fait toujours du Tarantino, et il ne s'agit pas du tout d'une série B, on peut dire que c'est son film le plus ambitieux (tournage dans des lieux réels, cascades, pas d'effets
spéciaux numériques, sauf pour les explosions) et le plus mature (un schéma narratif plus classique, une réalisation "assagie"...) ! ;) Mais à force de digresser sur le film, on va spoiler
complètement Fred ! ^^'

(HS : Les longs jours de la vengeance est vraiment à voir ! ^^)

Askel 01/02/2013 23:59

Ah oui quand même ! C'est pourtant un des meilleurs rôles de Samuel L. Jackson... ;)

lemmy 31/01/2013 23:42

Mais j'ai bien aimé Inglorious Basterds avec le génial Brad Pitt, à part la partie française avec Mélanie Laurent, même si dans l'ensemble, ça commence à coincer. Dans Django, la Mélanie Laurent du
film est l'évanescente/inexistante fiancée de Django/Jamie Foxx.

La première partie du Django est drôle et pas mal. Et commence par la chanson originelle de "Django" de Corbucci.

La deuxième l'est beaucoup moins dans son côté épopée à la Martin Sheen dans Apocalypse Now, longue, mal écrite, bancale.

J'avoue avoir particulièrement trouvé atroce Samuel Jackson, dont la prestation rend un bel hommage aux prestations les plus cabotines de Klaus Kinski. Mal embouché, je n'ai plus suivi le film dès
le moment de l'entrée de ce personnage symbolique collabo à la "Uncle Ben's". Terminé.

Tarantino écrit pour les personnages en soi, mais pas pour les personnages ensemble. Tarantino n'est pas Hawks (et son scénariste Leigh Brackett).

La présence de Franco Nero en enfoiré de premier ordre m'a déplu.

Don Johnson est très bien. Di Caprio aussi.

Tarantino n'aime pas les esclavagistes et il le dit haut et fort, avec courage ;-)

Tarantino ne devrait pas jouer dans ses films.

D'un autre côté, si c'est une série B., je pourrai apprécier l'hommage fun, brinquebalant et la catharsis du film. La preuve, le film se termine sur la chanson de Trinita et une danse de cheval à
la Trinita : si, si. Mais on ne sait pas pourquoi. Pour montrer toutes les phases du western italien ? Et qu'avant ça, la violence c'était pour rire, pour se soulager, une parodie ? Le beurre et
l'argent du beurre ? (J'ose pas écrire : "et le cul du spectateur").

En fait, en entrant dans la salle avec mon amie, j'avais lu juste avant les propos de Tarantino sur John Ford et j'étais très énervé. Et près de 3h..., décidément Tarantino n'est pas Howard Hawks.

Kinskiklaus 31/01/2013 22:53

Pire que INGLORIOUS BASTERDS? A ce point là?

lemmy 31/01/2013 21:21

Personnellement, je ne remercie pas Tarantino pour ce Django... Contrairement à Askel, c'est probablement mon Tarantino le moins apprécié... A tel point que je m'en inquiète. Hé, c'est un western.
Je vais finir par le revoir :-)

Kinskiklaus 31/01/2013 15:54

J'avais apprécié BONS BAISERS DE BRUGES, mais le film pâtissait selon moi de dialogues pas à la hauteur de son sujet, voire creux. Mais il avait au moins le mérite de nous faire passer un moment
plaisant et de sortir un peu d'un cinéma formaté. Le nouveau film de son réalisateur se fait descendre par de nombreux critiques mais ton avis, cher Fred, m'invite à me laisser tenter...Quand à
Django Unchained, je vais laisser passer quelques mois avant de me décider à le visionner. Je souhaite qu'il me fasse changer d'avis sur la carrière de Tarantino post JACKIE BROWN, mais quelques
doutes hantent ma cervelle...Au pire, ce réalisateur a le don de faire découvrir à un public de masse des références de films bis trop oubliées de nos jours. Et rien que pour ça, merci Tarantino!

Askel 31/01/2013 12:50

Je pense que tu ne t'ennuieras pas malgré les 2H45 ! ;) Déjà, il est bien meilleur qu'Inglorious Basterds et les références sont ENFIN sincères (il n'y a plus le côté très pénible "je suis un
cinéphile qui connaît tout et je vais vous le montrer"), cohérentes par rapport au développement de l'histoire. C'est devenu mon Tarantino préféré, même en prenant en compte Reservoir Dogs, Pulp
Fiction ou Jackie Brown. :) Et je ne parle même pas des musiques (si pour ses autres films, les musiques étaient "cools", elles sont ici en parfaite osmose avec l'image, comme pour un film de
Michael Mann), des acteurs, de la photographie...

lemmy 31/01/2013 11:53

J'avais beaucoup aimé "Bon baiser de Bruges". J'aurais dû aller voir ça au ciné au lieu de "Django unchained", voire "Zero dark thrity"... Ce sera pour bientôt...

Fred Jay Walk 31/01/2013 12:20



Le Tarantino ne me dit rien du tout... J'ai l'impression de l'avoir déjà vu à force de bandes-annonces et d'interviews de QT. Faudra se forcer un peu. C'est un western...



valcogne.over-blog.com 31/01/2013 10:28

C'est noté.

belerrophon 31/01/2013 10:12

Mr Jay Walk,
y'a presque du spoiler la :o
sniff

Fred Jay Walk 31/01/2013 10:52



Pas vraiment.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens