Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 18:05

Le film démarre sur les chapeaux de roues par la rencontre entre un trappeur inculte et péremptoire (Burt Lancaster) et un esclave noir lettré et rusé (Ossie Davis, le génial acteur de « LA COLLINE DES HOMMES PERDUS »), que lui fourguent les Comanches en échange de ses peaux de castor.

Jusqu'à la capture de celui-ci par les comancheros, « LES CHASSEURS DE SCALPS » est un pur régal : dialogue au cordeau, humour vachard, excellentes situations et comédiens au top de leur forme. Mais cette introduction promet plus qu'elle ne tiendra : soudainement, le tandem est séparé par les évènements et c'est là que Sydney Pollack – encore jeune réalisateur – commet sa plus grosse erreur. À partir de cette rupture, on perd un temps fou dans le campement des méchants, une bande de clodos ivrognes dirigés par un Telly Savalas en roue-libre qui forme un couple quasi-burlesque avec une prostituée geignarde jouée par Shelley Winters. Deux bons comédiens, qui auraient eu besoin qu’on les dirige d’une main plus ferme, mais dont la complicité est évidente. Et ce qui faisait tout le charme du film s’envole d’un seul coup pour ne revenir que vers la fin, mais beaucoup trop tard.


Restent donc ces séquences délectables entre Lancaster et Davis, les prémices de leur amitié naissante, et quelques répliques mémorables (« Si on e jetait dans une porcherie », dit Lancaster, « Tu deviendrais vice-président des cochons ! », ou « Parce que tu t’es battu pour la première fois de ta vie comme un homme, tu te pavanes comme une squaw enceinte »). Preuve que les grandes stars ne sont jamais meilleures que lorsqu’elles ont une vraie compétition en face.


Il faut donc passer sur un générique-début d’une extrême laideur, une musique assommante d’Elmer Bernstein et des dérives frisant la pantalonnade, pour se concentrer sur quelques moments vraiment formidables, comme la panique des chevaux complètement « stoned » et surtout cette bagarre dans la boue où les deux amis-ennemis finissent aussi noirs l’un que l’autre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE BURT LANCASTER
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens