Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 14:56

Si le personnage fascine encore, des décennies après sa mort, et malgré une œuvre étonnamment peu abondante, c'est par les seules contradictions de son caractère. Ancien assistant, scénariste estimé, Sam Peckinpah était un autodestructeur notoire, un fauteur de troubles suicidaire, qui n’hésitait jamais à aller au conflit avec ses producteurs, qu'il considérait systématiquement comme des ennemis. Ses proches collaborateurs laissaient même entendre qu'il avait un besoin vital de ces affrontements quotidiens, pour fonctionner, et parvenir à créer.

Dès ses premiers films, Peckinpah a installé les bases de son univers, un monde en décomposition, où toute frontière entre Bien et Mal a disparu depuis longtemps, une terre désolée où les héros, atteint par la limite d’âge n’ont pas d’autre choix que vendre leur âme au diable, ou aller sciemment au devant de la mort. On ne retient généralement que la violence, dans l’œuvre de l’auteur-réalisateur, et il est vrai qu'il a imposé de nouveaux standards en la matière : chez Peckinpah, une balle fait des dégâts, elle traverse les corps de part en part, dans des éclaboussures de sang.

Sa façon d’utiliser le ralenti, de monter ses séquences en un tricotage syncopé et chaotique, influence encore aujourd'hui tous les films d’action. Mais il y avait chez « Bloody Sam », une authenticité, une sensation de vécu, un rendu « sale » de l’image, que personne ou presque n’a jamais retrouvé. Il n’est que de voir certains « hommages » comme « EXTRÊME PRÉJUDICE », pour constater le fossé existant entre l’original et ses imitateurs dévots.

À ses débuts, Peckinpah a écrit une dizaine d’épisodes de « GUNSMOKE », trois « ZANE GREY THEATER » (qu'il réalise lui-même), six « L'HOMME À LA CARABINE », et il créa une série « THE WESTERNER », extrêmement personnelle, mais qui ne dura qu’une saison.


Au cinéma, il débute avec « NEW MEXICO », production déjà conflictuelle, qui aboutit néanmoins à un western original, grouillant d’embryons de thèmes, qu’on retrouvera dans toute l’œuvre de Peckinpah.

« COUPS DE FEU DANS LA SIERRA », est unanimement accueilli comme un petit chef-d’œuvre, et confirme l’intérêt du réalisateur, pour les héros en fin de parcours, et les derniers soubresauts d’une ère. « MAJOR DUNDEE » est une catastrophe : le tournage est cauchemardesque, le film complètement remonté par le producteur, et Peckinpah faillit être « grillé » à vie. Une version plus proche de sa vision originelle sortira, quarante ans plus tard.

Heureusement, quatre ans après cette Bérézina, « LA HORDE SAUVAGE » révolutionne le western (et le cinéma en général, d'ailleurs), et installe définitivement Sam Peckinpah, comme un auteur controversé mais commercialement viable.

Il enchaîne avec le paisible et élégiaque « UN NOMMÉ CABLE HOGUE », qui déçoit bien évidemment ses admirateurs. Toujours ce réflexe suicidaire…

« JUNIOR BONNER, LE DERNIER BAGARREUR » se passe dans l'Ouest moderne, et retrouve ce ton nostalgique et contemplatif. « PAT GARRETT & BILLY THE KID », malgré une gestation mouvementée, comme d'habitude, est probablement son chef-d’œuvre : un western noir et psychanalytique, d’une amertume inouïe, d’une lucidité cruelle, qui démonte jusqu'à la notion de héros. Peckinpah y apparaît en personne, dans un rôle de croque-morts, pour dire ses quatre vérités à Garrett, qui n’en a nul besoin, puisqu’il se dégoûte lui-même.

Ce sera son ultime western, même si « « APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA » » situé dans les années 70, possède tous les attributs du genre, et sera d'ailleurs son chant du cygne.

Alcoolique, roublard, capable du meilleur comme du pire, Sam Peckinpah qui faisait vingt ans de plus que son âge, quand il mourut, a laissé une empreinte indélébile dans l’Histoire du 7ème Art.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article

commentaires

Dino Barran 30/04/2011 15:46


Cher Fred, western oblige, tu n'évoques pas quatre autres films de Sam : LES CHIENS DE PAILLE, GUET-APENS, CROIX DE FER et OSTERMAN WEEK-END.
Ils relèvent certes de genres différents : thriller, polar, guerre, espionnage. Peckinpah y démontre au passage que son talent dépasse largement le cadre du western. Ne peut-on pas considérer
cependant qu'ils intègrent eux aussi des attributs du genre ?
Quoiqu'il en soit ces quatre films comptent parmi ses tout meilleurs. Mais ce point de vue n'engage que moi.


Fred Jay Walk 30/04/2011 17:18



D'accord avec toi sur "CHIENS DE PAILLE" et "CROIX DE FER" (qui
sort bientôt en Blu-ray en Allemagne), moins emballé par "GUET-APENS" et
"OSTERMAN" que j'aime bien, mais que je ne suis jamais arrivé à adorer. A revoir, sans doute. On évolue.


"WWW" ayant largement débordé de son cadre westernien initial, on y reviendra plus que certainement.



zach 29/04/2011 22:29


Je viens de lire que les frères Coen s'intéressaient à un script de ce vieux Sam, "The Texan", un western qu'il aurait écrit en 1980 et souhaitait réaliser à l'époque. Je ne sais pas si un casting
avait été annoncé à ce moment-là.

Je me souviens d'un article de "Studio" quand Peckinpah est décédé, qui disait qu'il s'apprêtait à tourner un nouveau film, mais il ne me semble pas que ce soit ce titre. Je me suis toujours
demandé quelle distribution pouvait réunir "bloody Sam" dans les 80's, tant celle de son dernier film était déjà en totale rupture avec celles de ses précédents.


Fred Jay Walk 30/04/2011 08:19



Les Coen bros et Bloody Sam ? Que voilà un mariage intéressant et pas si contre-nature que ça...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens