Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 19:31

Le héros du « CAVALIER ÉLECTRIQUE » ressemble à s’y méprendre au cowboy anachronique de « SEULS SONT LES INDOMPTÉS », le ridicule en plus. La journaliste aux dents longues, semble sortie tout droit d’un film de Frank Capra remis au goût du jour (de 1979, s'entend...), et le premier tiers du film, avec son ambiance disco et son symbolisme insistant, ne laisse rien augurer de bon. Mais soudain, quand les seconds rôles inintéressants disparaissent de l’écran, que nos deux stars se retrouvent seules dans l’Amérique des pionniers, le film devient un « road movie » pédestre tout à fait sympathique, absolument irréaliste, mais souvent drôle et gentiment passéiste.

Redford – qui s’est refait la tête de « BUTCH CASSIDY & LE KID » – et Jane Fonda, qui étaient mariés dans « LA POURSUITE IMPITOYABLE » et « PIEDS NUS DANS LE PARC », une décennie plus tôt, ont une réelle alchimie à l’écran, et se mettent en valeur l’un l’autre. Lui fissure son image de « golden boy » (pas trop, quand même !) en loser qui s’identifie tellement à un mustang maltraité par ses propriétaires, qu'il le vole et va lui rendre sa liberté, et elle, tellement à la recherche du scoop, qu'elle va coller au train du cowboy, jusqu'à tomber amoureuse de lui. Bien sûr, nous sommes dans un conte de fées, où tout le monde ressemble à Redford et Fonda, où les honnêtes citoyens préfèrent aider le fugitif, plutôt que toucher 50.000 $ de prime, et où tout finit très bien. Même pour le cheval !

Ça pourrait être mièvre et exaspérant, mais Sydney Pollack sait préserver un ton mi-figue mi-raisin, une ironie distanciée, et un ton adulte, qui font oublier l’absurdité d’un tel scénario. Autour des stars, d’excellents seconds rôles comme John Saxon, Valerie Perrine, Wilford Brimley ou Willie Nelson, qui se contentent des miettes.


« LE CAVALIER ÉLECTRIQUE » vaut d’être redécouvert aujourd'hui, et ferait un double-programme parfait avec « L'HOMME QUI MURMURAIT À L’OREILLE DES CHEVAUX », du même Redford.

 

À NOTER : Pollack, Redford et John Saxon étaient tous trois à l’affiche du film de guerre « LA GUERRE EST AUSSI UNE CHASSE », en tant que comédiens, quinze ans plus tôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans A LA FRONTIERE DE L'OUEST
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens