Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 09:33

« APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA » n’est peut-être pas le meilleur film de Sam Peckinpah, mais c'est en tout cas celui qui ressemble le plus à ce qu'il avait au fond de l’inconscient, en tournant tous les autres. Ce n’est pas par hasard si Warren Oates s’est fait la tête et le look général de son réalisateur, pour incarner Benny, sorte de jumeau décavé de « Bloody Sam », englué dans ses chimères mexicaines.

Pianiste de bar, Benny est un « gringo » fauché, qui sort avec une prostituée locale, partage avec elle de bons moments et quelques morpions, ainsi qu’un alcoolisme galopant. Quand il apprend qu’un riche ranchero offre une fortune, pour ramener la tête de l'homme qui a engrossé sa fille, Benny se met en chasse, en même temps qu’une armée de mercenaires et chasseurs de primes.

Ce qui démarrait comme une balade morbide mais plutôt ludique, va peu à peu se transformer en descente aux enfers, et Benny ne va bientôt plus avoir comme compagnon que cette tête coupée, pourrissant au fond d’un sac de toile dégoûtant, autour duquel vrombissent les mouches vertes. Benny devra tuer, pour garder ce trophée, il devra renoncer à ce qu'il était, devenir un assassin, sacrifier la femme qu'il aime. Tout ça pour une poignée de dollars. D'aucuns pourraient y voir un commentaire sur les déboires de Peckinpah avec les grands studios...

Situé dans le Mexique des années 70 « APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA » n’en demeure pas moins un pur western, d’une violence glauque et dérangeante, qui démarre en film d’action, pour se finir en traversée du Styx passablement atroce et dérisoire.

Autour de Benny gravitent des personnages de tueurs homosexuels (extraordinaires Gig Young et Robert Webber !), de « chicanos » à machete, de motards violeurs, qui composent un bestiaire effrayant traduisant la vision de l’Humanité de son auteur.

Warren Oates trouve le rôle de sa vie, un parfait antihéros sombrant dans la pire des folies, une sorte de fièvre mortifère, qui l’entraîne dans un horrible « voyage au bout de la nuit ». Son sursaut final, face au « Jefe », rappelle bien sûr l’ultime combat de « LA HORDE SAUVAGE », dont Oates faisait d'ailleurs déjà partie. À ses cotés, Emilio Fernández est l’incarnation du Mal et de la toute-puissance de l’argent, et Kris Kristofferson apparaît le temps de déshabiller Isela Vega, et de se faire flinguer par Benny, sans autre forme de procès. 

Film-culte qui n’a rien perdu de son pouvoir d’attraction-répulsion, en plus de trente ans, « APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA » dans les limites de son thème, est la quintessence de l’œuvre de Sam Peckinpah, qui a littéralement vomi tout ce qu'il avait dans le ventre, sans la moindre retenue. Pas un film plaisant, non, mais qu’on ne peut s’empêcher de regarder, comme un accident au bord d’une route.

Le film fut un gros échec commercial (comment aurait-il pu en être autrement ?), mais s’est imposé avec les années comme un cult-movie de tout premier ordre. Le réalisateur ne fera plus jamais mieux…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS-CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens