Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 19:36

Son Oscar grandement mérité pour le rôle de Popeye Doyle dans « FRENCH CONNECTION », a installé Gene Hackman dans un emploi d’homme bien ancré dans le 20ème siècle, de baroudeur des grandes métropoles, de militaire endurci, ou d’homme politique roué, sans que rien dans son apparence physique ou sa personnalité ne laisse supposer qu'il ferait un westerner crédible.

C'est sans doute la marque des grands comédiens, d’être partout à leur place. Car Hackman a tourné quelques westerns, dont un ou deux chefs-d’œuvre, qui en ont fait une figure dominante du genre, alors même que celui-ci était sur son déclin. Par son humanité tourmentée, sa rudesse et son intelligence aiguë, Gene Hackman a créé quelques personnages inoubliables.

Dans « LES CHAROGNARDS », il commence très fort, en incarnant une ordure abominable, un riche rancher brutal et odieux, qui brutalise constamment sa femme, pour masquer son impuissance. Il organise la chasse à l'homme la plus sanglante jamais filmée, s’obstinant jusqu'à l’anéantissement total.

Hackman revient au western avec « ZANDY’S BRIDE », où en fermier rustre, il épouse une étrangère – Liv Ullmann, en l’occurrence – par correspondance, et lui fait vivre l’enfer. Puis il tient un rôle diamétralement opposé dans le magnifique « LA CHEVAUCHÉE SAUVAGE » (un rôle initialement écrit pour Charles Bronson). Il y campe un cowboy digne et humain, participant à une course folle à travers l'Ouest. Son amour des chevaux donne lieu à quelques séquences bouleversantes. Quant à la scène où, dans un long monologue, juché sur sa monture, il raconte la mort violente de sa femme, c'est une véritable leçon de maîtrise et de justesse, digne de n'importe quel cours de comédie. Un sommet de sa carrière.

Il revient au genre avec l’immense « IMPITOYABLE »,  pour camper le shérif « Little Bill », un méchant d’autant plus terrifiant qu'il n’a aucune conscience de l’être, et commet les pires atrocités, parfaitement sûr de son bon droit. Quand Eastwood lui braque son fusil sur la figure, la réplique d’Hackman (« Je n’ai pas mérité ça ») donne le frisson. Une interprétation d’une profondeur inouïe, au-delà de tout cliché ou facilité.

Il joue un général humain dans « GERONIMO », un vieux juge à l’âme de pionnier, et père de « WYATT EARP », et revient aux rôles de « bad guys » qu'il semble affectionner, pour l’étrange et baroque « MORT OU VIF » de Sam Raimi, où en patron d’une petite ville, il organise des tournois de duels au revolver, et finit par affronter son propre fils. Loin de la rigueur dont il fit si souvent preuve, Gene Hackman joue ici un croque-mitaine de la plus belle eau. Délectable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens