Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 09:47

  Il est curieux de constater, à chaque fois qu'on ouvre un livre sur le western, qu'on parle à un cinéphile "sérieux", ou qu'on tombe sur une liste des meilleurs films du genre, que John Sturges est systématiquement méprisé, considéré au mieux, comme un "honnête faiseur", au pire comme un tâcheron besogneux.
Pourtant son chef-d'oeuvre "UN HOMME EST PASSE", western moderne situé à la fin de la seconde guerre mondiale, est unaniment considéré comme un grand film, et s'il s'est parfois "planté" sérieusement, il a toujours été un artisan sérieux et ultra-professionnel, directeur d'acteurs hors pair, et filmant l'espace avec une précision jamais prise en défaut.
"FORT BRAVO" est un bon western militaire, au casting un peu pâle, dont des images, comme cette pluie de flèches mortelles, sont indélébiles. "UN HOMME EST PASSE" déjà cité, est un exemple inégalé d'utilisation du format CinémaScope, Spencer Tracy y est magnifique en manchot obstiné, face à une ville de lyncheurs perdue en plein désert. Un film allégorique, sobre et puissant, qui n'a pas pris une ride en plus de 50 ans. En utilisant Ernest Borgnine, Lee Marvin, Walter Brennan, Sturges y faisait preuve de son flair pour les seconds rôles.
"COUP DE FOUET EN RETOUR" est un western plus traditionnel, teinté de psychanalyse. Sturges tâte au star system en orchestrant la confrontation Burt Lancaster-Kirk Douglas dans "REGLEMENT DE COMPTES A O.K. CORRAL", un western un peu trop solennel, mais extrêmement bien réalisé.
"LE DERNIER TRAIN DE GUN HILL", mélange de suspense et de western, majoritairement filmé en intérieurs confinés, est une de ses plus flagrantes réussites. Kirk Douglas y affronte cette fois son ancien ami Anthony Quinn, pour une vengeance cruelle et sans échappatoire. Nouveau duel entre deux hommes pour "LE TRESOR DU PENDU", teinté cette fois d'homosexualité latente, le méchant Richard Widmark agissant envers Robert Taylor, comme un amant "séduit et abandonné". "LES 7 MERCENAIRES" est le film le plus connu de Sturges, un remake réussi des "7 SAMOURAÏS" de Kurosawa, porté par une photo glorieuse, une musique légendaire d'Elmer Bernstein, et surtout un cast d'inconnus hors du commun. Est-il besoin de les citer ?
"LES 3 SERGENTS" est un désastre, tourné au service du "Rat Pack" de Frank Sinatra. Le comique troupier n'est pas le fort de John Sturges, et tant mieux pour lui ! N'ayant pas compris la leçon, il rempile avec le cataclysmique "SUR LA PISTE DE LA GRANDE CARAVANE", où il gaspille éhontément Lancaster, Lee Remick, Martin Landau, etc. dans un navet qui dure quasiment trois heures ! Une épreuve...
"7 SECONDES EN ENFER" est une nouvelle lecture de la fusillade d'O.K. Corral, à part que le film commence par le gunfight. Jon Voight débute, mais s'il est intéressant, le film manque de stars charismatiques, James Garner et Jason Robards n'ayant aucunement la dimension mythologique de leurs rôles.
"JOE KIDD" marque le début de la fin pour Sturges. Evincé du plateau par sa star Clint Eastwood, le réalisateur reniera le film (on le comprend, au vu du résultat !). "CHINO" est un joli western européen, pour lequel Charles Bronson avait réclamé Sturges. Hélas ! Cette réussite ne doit pas grand-chose à celui-ci, puisque tombé malade au début du tournage, Sturges fut remplacé par le producteur Diulio Coletti.
L'homme n'a jamais eu la dimension d'un Hawks ou d'un Walsh, cependant, un rapide coup d'oeil à sa filmo, suffit à prouver qu'il est honteusement sous-estimé. Il suffit de revoir "UN HOMME EST PASSE" et "LE DERNIER TRAIN DE GUN HILL", pour se persuader qu'il est passé tout à côté d'une grande carrière.

A NOTER: La littérature sur Sturges est rarissime. Aussi faut-il mentionner le petit ouvrage "JOHN STURGES : HISTOIRES D'UN FILM MAKER", d'Emmanuel Laborie, paru en 2003 chez Dreamland.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article

commentaires

Tietie007 20/09/2010 13:48


Cette mise à l'écart de John Sturges m'a toujours apparu curieuse, puisque je trouve que le réalisateur du Trésor du Pendu, n'avait rien à envier à un Hawls ou à un Ford !


Fred Jay Walk 20/09/2010 16:24



Disons que Sturges n'avait pas vraiment d'univers propre comme les deux cités, mais c'était un sacré technicien.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens