Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 17:44

12 HRS (2)Sur un sujet de Boileau & Narcejac, « 12 HEURES D’HORLOGE » est un très curieux produit, entre ‘film noir’ classique et love story particulièrement retorse, déséquilibré par un casting de coproduction mélangeant sans discernement acteurs allemands et français dans 12 HRSune histoire censée se passer dans le Midi entre fransozen.

Ça démarre plutôt bien, les personnages sont prestement dessinés, les enjeux clairement posés, mais tout étant basé sur l’attente d’une évasion en bateau, le scénario ne tarde pas à faire du sur-place et à piétiner gravement. Au bout d’une demi-heure, tout est à peu près dit et il ne reste plus qu’à passer d’un groupe de personnages à l’autre, d’une digression à la suivante, le tout agrémenté d’un dialogue parfois spirituel, parfois sentencieux.

C'est Hannes Messemer, le futur commandant du camp de prisonniers de « LA GRANDE ÉVASION », qui a le rôle principal, celui d’un évadé impassible tombé amoureux par procuration de la fiancée de son codétenu. Il est plutôt bien, mais comment juger sa prestation avec le doublage ? Même chose pour Gert Fröbe en vieux cochon libidineux ou Eva Bartok à la sinistrose contagieuse. Suzy Prim – également productrice – a un rôle très bizarre12 HRS (1) de patronne de café vieillissante à la cuisse légère. Quant à Laurent Terzieff, il apparaît sporadiquement, perdant son sang.

Reste que la photo d’Henri Alekan est belle et que malgré ses défauts, le film vaut d’être vu pour une seule raison, mais de taille : la relation entre Lino Ventura malfrat évadé et Guy Tréjan, gendarme mollasson, efféminé et collant qui ne le lâche pas d’une semelle, tombé quasiment amoureux de lui. C'est déjà drôle en soi, mais surtout cela annonce de façon hallucinante les rapports qu’entretiendra le même Ventura avec Jacques Brel dans « L’EMMERDEUR » ! Toutes leurs scènes ensemble forment un film dans le film, qui n’a rien à voir dans la tonalité avec tout le reste. Et tant mieux !

Le « linophile » appréciera donc « 12 HEURES D’HORLOGE » pour son côté prémonitoire, mais regrettera certainement qu’on ne voit pas davantage Ventura, un peu éclipsé par ses partenaires germaniques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens